Arnaque en France

18 février 2011 11:39; Act: 18.02.2011 11:50 Print

Quatre notables spoliaient une octogénaire

Quatre notables bordelais seront jugés pour abus de faiblesse sur une octogénaire.

Une faute?

Le procès de quatre personnalités bordelaises, soupçonnées d'abus de faiblesse au préjudice d'une octogénaire fortunée et sans enfant, Jeanine Terrasson, se tiendra du 16 au 27 mai devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, a-t-on appris vendredi auprès d'un avocat.

Ces quatre notables, dont trois faisaient partie de l'entourage du maire de Bordeaux Alain Juppé, également ministre de la Défense, seront jugés pour abus de faiblesse, abus de confiance aggravé par la vulnérabilité de la victime et association de malfaiteurs en vue de commettre des faits d'abus de confiance aggravés, a indiqué à l'AFP Me Arnaud Dupin, avocat de Jean-François Lhérété, confirmant une information donnée par Sud Ouest.

En janvier 2007, le directeur des Affaires culturelles de Bordeaux, Jean-François Lhérété, l'ex-banquier François-Xavier Bordeaux, une personnalité de gauche devenue proche d'Alain Juppé, l'avocate et adjointe au maire de Bordeaux, chargée du patrimoine, Martine Moulin-Boudard et la voyante Nicole Dumont avaient été mis en examen pour abus de faiblesse et vol aggravé. Les faits avaient été dénoncés en 2006 par le tuteur de Mme Terrasson.

Spoliation d'une partie des biens

La justice reproche à ces personnalités de s'être entendues pour spolier d'une partie de ses biens l'octogénaire sans enfants et atteinte de la maladie d'Alzheimer. Placée sous curatelle renforcée, Jeanine Terrasson était propriétaire de biens immobiliers et de nombreux objets et meubles de valeurs ainsi que de comptes bancaires en Suisse.

Cette affaire, dite «des notables et de la vieille dame», avait à l'époque provoqué un véritable séisme médiatique local.

Seule l'avocate Martine Moulin-Boudard avait été laissée libre sous contrôle judiciaire, tandis que les trois autres mis en examen avaient effectué quatre mois de détention provisoire au début de l'enquête.

En 2004, Mme Terrasson, dont la fortune vient de l'héritage de son compagnon, un riche médecin bordelais, et de sa propre passion pour la collection d'objets d'art, avait fait de Nicole Dumont sa légataire universelle, dans des conditions que le procès devra élucider.

(afp)