Massacre à Orlando

13 juin 2016 07:34; Act: 13.06.2016 10:15 Print

Recueillement après la fusillade meurtrière

L'ambiance était au recueillement dimanche soir à Orlando quelques heures après l'attentat qui a fait au moins 50 morts dans une boîte de nuit gay de la ville.

Voir le diaporama en grand »
L'épouse d'Omar Mateen, l'auteur de la tuerie d'Orlando qui a fait 49 morts, a été déclarée non coupable vendredi d'avoir aidé son mari à perpétrer le pire attentat commis aux Etats-Unis depuis le 11-Septembre. (Vendredi 30 mars 2018) Des visiteurs rendent hommage aux victimes de la boîte de nuit du «Pulse», à Orlando, un an après la tuerie (Lundi 12 juin 2017). La cour fédérale d'Oakland, où Noor Salman a comparu et plaidé non coupable de complicité avec son mari. (Mercredi 18 janvier 2017) La femme d'Omar Mateen, qui a tué 49 personnes dans une boîte de nuit gay d'Orlando en juin dernier, a été formellement inculpée mardi d'aide indirecte à une organisation terroriste et d'obstruction à la justice. (Mardi 17 janvier 2017) Un habitant de Floride a été arrêté dans le cadre de l'enquête sur l'incendie qui a détruit une partie de la mosquée que fréquentait Omar Mateen (Jeudi 15 septembre 2016). Les deux hôpitaux qui ont accueilli les 53 blessés de la fusillade du Pulse, à Orlando, ont annoncé qu'elles n'enverraient pas à ces personnes de factures pour les soins prodigués. L'un se tournera vers les assurances ou des fonds fédéraux. (Image prétexte) Le FBI a révélé des extraits des échanges qu'il a eus avec le tueur la nuit du drame. (lundi 20 juin 2016) Les premiers enterrements des victimes commencent à Orlando. (Vendredi 17 juin 2016) Ron Johnson, président de la commission sur la sécurité intérieure du Sénat, a ainsi envoyé une lettre au patron de Facebook Mark Zuckerberg mercredi pour demander au réseau social de donner des informations relatives à cinq comptes apparemment utilisés par le tueur. (16 juin 2016) Barack Obama et Joe Biden rendent hommage aux victimes de la tuerie. Le président et le vice-président américains se sont rendus à Orlando jeudi. (16 juin 2016) Un survivant raconte. On apprend que le tueur avait été suivi par le FBI qui avait classé les enquêtes sans suite. (mardi 14 juin 2016) Zeid Raad Al Hussein a appelé mardi les Etats-Unis à «adopter des mesures robustes de contrôle des armes pour empêcher d'autres meurtres», après la tuerie d'Orlando. Le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé la «propagande irresponsable en faveur des armes». (Mardi 14 juin 2016) Certaines sources affirment qu'Omar Mateen, tireur d'Orlando, fréquentait le club gay dans lequel il a agi. Il aurait aussi fait des avances à un camarade de l'école de police et utilisé un réseau social gay. (Mardi 14 juin 2016) Des milliers de personnes ont rendu hommage mardi soir à New York aux victimes du massacre d'Orlando. Le rassemblement a été organisé devant le bar historique de la lutte pour les droits des homosexuels, à New York, le Stonewall Inn. (Mardi 14 juin 2016) Le père du tueur a exprimé sa tristesse d'avoir perdu son fils dans une vidéo postée sur sa page Facebook. La vidéo n'était plus en ligne dans l'après-midi. (Lundi 13 juin 2016) Les hommages se poursuivent à Orlando, où une conférence de presse a été donnée afin de préciser que le tueur avait été inclus dans le premier bilan de 50 morts. La communauté LGBT française a tenu à manifester son soutien aux Américains, un mois avant la Gay Pride de Paris. (Lundi 13 juin 2016) L'ambiance était au recueillement dimanche soir à Orlando quelques heures après l'attentat qui a fait au moins 50 morts dans une boîte de nuit gay de la ville. (Lundi 13 juin 2016) L'ambiance était au recueillement dimanche soir à Orlando quelques heures après l'attentat qui a fait au moins 50 morts dans une boîte de nuit gay de la ville, mais l'abattement faisait déjà place à la mobilisation. (Lundi 13 juin 2016) L'ambiance était au recueillement dimanche soir à Orlando quelques heures après l'attentat qui a fait au moins 50 morts dans une boîte de nuit gay de la ville, mais l'abattement faisait déjà place à la mobilisation.(Lundi 13 juin 2016) L'enquête se poursuit pour comprendre les motifs du tueur. Malgré les soupçons, et même si le groupe EI a revendiqué l'attentat, aucun lien n'a été avéré entre le tueur et le groupe djihadiste. Le tireur, identifié comme Omar Seddique Mateen, âgé de 29 ans, est un citoyen américian, né à New York, qui vivait à 200 km au sud-est d'Orlando, et était d'origine afghane. Son casier judiciaire était vierge. (Twitter) Le FBI, qui l'avait déjà interrogé deux fois, mais l'avait relâché fautes de charges, soupçonne une sympathie avec le groupe Etat islamique, mais cela n'a pas pu être confirmé (Dimanche 12 juin 2016). (Twitter) Le groupe EI a revendiqué l'attaque, mais les preuve d'un lien entre Omar Seddique Mateen et les djihadistes n'est pas établi. Le père du tireur dément toute motivation religieuse dans le geste de son fils. (Dimanche 12 juin 2016). (Twitter) A Orlando, la liste des victimes s'allonge, plusieurs heures après la fusillade. (12 juin 2016) La communauté gay et ses alliés se sont rassemblés à travers le pays en hommage aux victimes de la fusillage. Ici, à Miami Beach, en Floride. (12 juin 2016) Une cérémonie d'hommages, à Indianapolis. (12 juin 2016) Des rassemblements et hommages aux victimes ont eu lieu, dimanche 12 juin, aux Etats-Unis. (Ici, à New York). (12 juin 2016) A New York, des manifestants se sont rassemblés en mémoire des victimes devant un célèbres bar gays, le Stonewall Inn. (12 juin 2016) Des croyants priaient, à la mosquée Baitul-Aafiyatr d'Orlando ORLANDO, FL - JUNE 12: Worshippers pray during a prayer service at the Baitul-Aafiyatr Mosque. Stuart Milk, le neveu du célèbre politicien ouvertement gay, Harvey Milk, s'est joint à une cérémonie en hommage aux victimes. (Image - 12 juin 2016) Une veillée, devant l'ambassade des Etats-Unis à Santiago du Chili. (12 juin 2016) Un homme transportant un arsenal d'armes et d'explosifs a été arrêté par la police dimanche tout près de Los Angeles quelques heures avant la Gay Pride et après un massacre dans un club gay à Orlando, mais il n'y a pas de lien avec cette attaque. Cet homme, James Howell, avait l'intention, selon la police, d'attaquer pendant la Gay Pride. Cet incident est sans lien avec la fusillade d'Orlando. Après la terrible tuerie qui s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche dans sa ville, le maire d'Orlando, Buddy Dyer (devant, à dr.) arrive sur les lieux du drame au côté du chef de la police locale, John Mina. (12 juin 2016) Proches et amis des victimes partagent leur douleur dans les environs de la discothèque où s'est produite la fusillade. (12 juin 2016) Selon un bilan diffusé dans le courant de la journée, dimanche, au moins 50 morts et 53 blessés ont été dénombrés. (12 juin 2016) Une fusillade est survenue dans un club gay d'Orlando, aux Etats-Unis, dans la nuit de samedi à dimanche. (Dimanche 12 juin 2016) Le tireur est mort dans l'établissement, après avoir pris en otage des clients. (Dimanche 12 juin 2016) Le FBI a ouvert une enquête pour terrorisme. (Dimanche 12 juin 2016) Un bilan évoque une vingtaine de morts et plus de quarante blessés. (Dimanche 12 juin 2016) (Dimanche 12 juin 2016) (Dimanche 12 juin 2016) Un membre du SWAT, intervenu sur les lieux du drame. (Dimanche 12 juin 2016) (Dimanche 12 juin 2016) Vendredi, à la sortie d'un concert, également à Orlando, l'ancienne participante à The Voice, Christina Grimmie, signait des autographes, quand elle a été prise pour cible par un tireur. L'artiste est décédée samedi. (Vendredi 10 juin 2016) Le tueur de la jeune chanteuse s'est ensuite donné la mort. (Vendredi 10 juin 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans la soirée, de nombreux proches de victimes blessées lors de l'attaque continuaient de se rendre à leur chevet, au Orlando Regional Medical Center. Angel Colon sortait soulagé d'avoir retrouvé son fils Angel Jr, âgé de 26 ans, en vie et dans un état stable bien qu'atteint de trois balles.

Cloué au sol par sa blessure, il n'a pas pu sortir immédiatement du Pulse, la boîte de nuit où s'est déroulé l'attentat. Piétiné par des clients paniqués qui se ruaient dehors, il a eu la jambe brisée.

En début de soirée, les autorités ont annoncé aux centaines de proches, rassemblés dans un hôtel situé à deux pas de l'hôpital, la liste de toutes les personnes hospitalisées, selon plusieurs témoins présents. N'entendant pas le nom de leurs proches et concluant qu'ils faisaient partie des morts, certains ont laissé éclater leur émotion avant de quitter les lieux, ont indiqué ces témoins.

Vidéo: hommage aux victimes devant la Maison Blanche

Communauté hispanique

Quelques minutes plus tôt, vers 18h30, avait eu lieu un rassemblement en honneur des victimes à l'église El Calvario, située non loin du centre d'Orlando, en présence du gouverneur de Floride Rick Scott. Durant une heure environ, quelque 300 personnes, en grande majorité issues, comme les victimes de l'attentat, de la communauté hispanique, ont prié et chanté, souvent les bras levés.

Au même moment, un orage violent s'est abattu sur la ville. Ces conditions difficiles n'ont cependant pas découragé les volontaires qui se pressaient toujours devant les camions de don du sang.

«Au centre principal (de don), il y avait des milliers de personnes. Je suis arrivée à 11h. Il y avait cinq heures d'attente», a expliqué Sonia Drudge, venue donner son sang pour la première fois. «Ma soeur est lesbienne, j'ai beaucoup de proches dans la communauté gay et lesbienne et je sens que c'est la chose à faire pour les miens», a-t-elle dit.

Rebondir

Plus que l'islam radical, le premier sujet de préoccupation cité par beaucoup d'habitants d'Orlando était les armes et leur prolifération. «Il faut que nous fassions quelque chose au sujet des armes aux Etats-Unis. (...) La situation est hors de contrôle», a dit à l'AFP Corrine Brown, élue à la Chambre des représentants pour le district d'Orlando.

Quelques heures seulement après l'attaque et malgré le bilan très lourd, beaucoup parlaient déjà de rebondir. «Nous sommes une communauté résiliente, un Etat résilient, une Nation résiliente», a dit le gouverneur Rick Scott après le rassemblement à l'église El Calvario.

«C'est terrible, mais cela n'enlève pas l'amour qu'il y a à Orlando. Nous aimons notre communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuel et transgenre)», clamait Kathleen Gordon, vice-présidente du conseil académique pour les écoles de la zone où a eu lieu l'attaque. Son message est clair: «Ils ne peuvent pas nous arrêter».

(nxp/afp)