Etats-Unis

21 janvier 2016 01:53; Act: 21.01.2016 08:06 Print

Retrouvé «mort de froid», il est réanimé

Un miraculé de 25 ans a pu être ramené à la vie malgré un arrêt cardiaque, après avoir passé 12 heures par -20 degrés.

storybild

Extrait de la vidéo «Comment geler "à mort" a sauvé la vie de cet homme».

Sur ce sujet
Une faute?

Le Washington Post relate l'histoire improbable de Justin Smith, 25 ans, sauvé par des urgentistes après avoir passé 12 heures par -20 degrés. Il est aujourd'hui en bonne santé physique et mentale.

Lorsque les premiers secours le trouvent sur le bas-côté d'une route de Pennsylvanie en février 2015, l'espoir est quasi-nul: le jeune homme est inconscient sous la neige, la température de son corps est passée sous la barre des 20 degrés, il n'a pas de pouls, ses lèvres sont bleues et ses orteils et doigts ont gelé.

Un secouriste le couvre d'un drap blanc pendant que ses parents sont informés de la mort de leur fils. «Tous les éléments portaient à croire qu'il était mort depuis un bon moment» souligne un ambulancier.

«Pas mort tant qu'il n'est pas chaud et mort»

Mais quand son corps arrive aux urgences de l'hôpital afin qu'il puisse être officiellement déclaré mort, le médecin en service, Gerald Coleman, estime qu'«il n'est pas mort tant qu'il n'est pas chaud et mort», même si «les chances sont maigres». Il demande à ce qu'un massage cardiaque soit effectué sur le jeune homme. Pendant deux heures, le service tente de le réanimer. Plus tard, on lui transfert du sang chaud et oxygéné. Le soir même, son coeur se remet à battre. Il sort du coma deux semaines plus tard, faible mais sans séquelles cérébrales.

L'état dans lequel il passé un moment indéfini, cliniquement mort mais mais complètement parti, peut être appelé «animation suspendue» ou «préservation d'urgence».

Ci-dessous, le reportage de l'hôpital


Le miraculé, qui n'a perdu «que» ses orteils et ses petits doigts, amputés, a tenu cette semaine une conférence de presse pour remercier le personnel soignant du Lehigh Valley Hospital.

«Je me considère comme un miraculé»

Grâce aux progrès de la médecine, de la technologie, et de la compréhension de ce qu'«être mort» signifie, les médecins sont de plus en plus souvent à même de réanimer des personnes «gelées» ou en sévère hypothermie - même si les protocoles peinent à se mettre en place.

En effet, le métabolisme ralentit progressivement à chaque degré qu'il perd. Après les frissons viennent les lèvres bleues et l'incapacité de parler. Quand le corps passe sous la barre des 27,8 degrés, une perte de connaissance est probable. En dessous de 15,5 degrés, le coeur s'arrête.

Mais si ce refroidissement a lieu à un certain rythme, il peut paradoxalement maximiser les chances de survie: «les cellules léthargiques n'ont pas besoin d'autant d'oxygène et le fait que le coeur ralentisse et que la respiration s'arrête est plus 'dangereux' que mortel», note le Washington Post. Les enzymes et donc tout le métabolisme étant ralentis, le corps a besoin de moins d'oxygène pour se maintenir.

Selon le Dr Coleman, le cas de Justin Smith, dont le corps est le plus froid jamais ramené à la vie aux USA, change la façon dont la médecine concevait jusqu'à présent l'hypothermie. «Je me considère comme un miraculé» a lancé cette semaine le jeune Américain, qui a repris ces études de psychologie en Pennsylvanie.

(che/nxp)