Italie

21 janvier 2017 08:17; Act: 21.01.2017 12:28 Print

Seize morts dans le brasier d'un bus rempli d'ados

Les passagers du car accidenté près de Vérone venaient de Hongrie. Le bus était rempli d'adolescents rentrant d'un voyage scolaire.

storybild

Le drame a eu lieu à une sortie de l'autoroute de Vérone (nord de l'Italie). Vendredi 20 janvier 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Seize personnes ont péri vendredi en fin de soirée dans le nord de l'Italie dans l'accident d'un car transportant des adolescents hongrois. Le véhicule a pris feu après avoir heurté un pylône près de Vérone, ont confirmé les pompiers. Une quarantaine d'occupants du bus ont été blessés.
La plupart des victimes ont été carbonisées, tandis que 39 autres passagers ont été blessés, dont au moins une dizaine grièvement. Des photos fournies par la police italienne montrent le car à un étage en flammes sur la branche de sortie de l'autoroute pendant la nuit, puis sa carcasse calcinée au petit matin.

Les passagers sont en majorité des adolescents hongrois âgés de 14 à 16 ans, accompagnés de quelques parents et de professeurs. Tous rentraient en Hongrie après un voyage scolaire en France, apparemment en montagne.

Selon le portail d'informations hongrois Index.hu, les adolescents étaient des élèves du lycée Szinyei de Budapest.


Ejectées ou carbonisées

Le ministère hongrois des affaires étrangères a confirmé l'accident. Il a indiqué qu'il donnerait plus d'informations dans une conférence de presse en fin de matinée. Le consul hongrois de Milan s'est de son côté rendu sur place pour porter assistance en particulier aux blessés hospitalisés, a précisé samedi matin le ministère à Budapest.

Le drame a eu lieu vers 23h00 lorsque le car a violemment heurté un pylône et pris feu à une sortie de l'autoroute à San Martino Buon Albergo, près de Vérone.

Certaines des victimes sont mortes éjectées au moment de l'impact mais la plupart ont été retrouvées carbonisées.

Une fois l'incendie éteint, les secouristes et la police scientifique ont dû attendre l'autorisation d'un juge pour examiner la carcasse du véhicule et fouiller toute la nuit pour établir un bilan exact du nombre des victimes.

Selon la presse, le chauffeur fait probablement partie de celles-ci.


Défaillance mécanique ou humaine

Les blessés les plus grièvement atteints ont été transportés dans des hôpitaux de Vérone. Une quinzaine d'autres, plus légèrement touchés, ont été conduits dans un autre établissement, d'où ils pourraient sortir dans la journée, selon la presse italienne.

Les personnes qui ont échappé à l'incendie ont été pris en charge par le personnel de la police routière et par les pompiers, puis accompagnés dans un hôtel des environs pour passer la nuit.

Une partie de l'autoroute a été fermée à la circulation le temps que les enquêteurs examinent les traces de l'accident afin d'essayer d'en déterminer les causes.

«Il est encore trop tôt pour déterminer la cause de cette tragédie», a déclaré à la TV Girolamo Lacquaniti, directeur de la police routière de Vérone, qui a commencé à examiner les images des caméras de surveillance de l'autoroute.

Selon les premiers éléments de l'enquête, aucun autre véhicule n'a été impliqué et l'accident est probablement dû à une défaillance mécanique ou humaine, un malaise ou un endormissement du chauffeur.


(nxp/ats)