États-Unis

13 février 2019 16:28; Act: 14.02.2019 11:17 Print

Ses choix remis en cause, le toubib pète les plombs

Un médecin n'a pas apprécié que le proche d'un patient en phase terminale ait des doutes concernant le traitement qu'il lui administrait.

Une faute?

Scène effarante dans un couloir du Memorial Hospital West, à Pembroke Pines (Floride). Pas d'accord sur le traitement à administrer à un patient en phase terminale, un médecin et un proche du malade ont fini par s'empoigner. La chaîne Local 10 a diffusé pour la première fois les images de cette altercation, survenue en juin 2018.

À la suite de cet incident, le Dr William Sanchez s'était mis en congé. Il vient de reprendre le travail sans avoir été inquiété par la justice, ce qui a le don d'agacer très fortement Matthew Coplan, l'autre protagoniste de cette prise de bec. L'Américain, qui prenait soin d'un ami en phase terminale d'un cancer, s'inquiétait d'un médicament que le Dr Sanchez avait prescrit à son proche, dont les reins ne fonctionnaient plus. Coplan affirme que le médecin s'est rapidement braqué quand il a commencé à lui faire part de ses doutes concernant ce traitement.

«Il devrait être rayé de la profession»

La situation a dérapé lorsque le visiteur a demandé à parler au supérieur de Sanchez. Sur les images de vidéosurveillance, on peut voir le médecin attraper son interlocuteur par le col et le secouer violemment. Quand Coplan essaie de répliquer, le toubib lui assène plusieurs coups: «Il m'a frappé sur le côté de la tête et a posé ses mains autour de ma gorge», témoigne l'Américain. Le temps de l'enquête, le Dr Sanchez a mis son activité professionnelle entre parenthèses.

Le bureau du procureur a finalement renoncé à poursuivre le médecin, estimant qu'il avait agi en état de légitime défense. Le toubib a donc repris son poste de travail. Coplan, qui a dû être hospitalisé plusieurs jours après cette altercation, est outré: il songe à attaquer Sanchez au civil. «Je ne crois pas que cet homme devrait pratiquer la médecine. Je pense qu'il devrait être rayé de la profession», s'indigne-t-il.

(joc)