France

14 juin 2019 22:35; Act: 14.06.2019 22:35 Print

Un ado condamné pour le meurtre d'une fillette

Déficient mental, un adolescent de 14 ans a écopé de 8 ans de prison pour avoir tué la petite Léa en 2018 à Mairieux.

storybild

Le corps de la fillette avait été découvert dans un cours d'eau, dénudé, au fond du jardin du domicile de ses grands-parents. (Photo: DR)

Une faute?

Un adolescent a été condamné vendredi à huit ans de prison par le tribunal pour mineurs d'Avesnes-sur-Helpe (Nord), pour le meurtre en 2018 à Mairieux de la petite Léa, âgée de deux ans et demi, a-t-on appris auprès du parquet.

L'adolescent, âgé de 14 ans au moment des faits et déficient mental, a également écopé de «dix ans de suivi socio-judiciaire avec injonction de soins», et encourt trois ans de prison supplémentaires s'il ne respecte pas ses obligations, a indiqué à l'AFP Cécile Gressier, procureure de la République d'Avesnes-sur-Helpe.

Le procès s'est tenu à huis clos puisque l'accusé est mineur.

«Meurtre sur mineur de moins de quinze ans»

En mai 2018, le corps de la fillette avait été découvert dans un cours d'eau, dénudé, au fond du jardin du domicile de ses grands-parents à Mairieux, un village de 700 habitants proche de Maubeuge. L'adolescent vivait alors chez les grands-parents de Léa, qui accueillaient depuis plusieurs années des enfants placés.

Un mineur poursuivi pour «meurtre sur mineur de moins de quinze ans» encourt habituellement vingt ans de réclusion criminelle mais «dans ce dossier, les experts ont unanimement conclu à la grave altération de ses facultés mentales (...) ce qui ramène à treize ans la peine encourue», a poursuivi Mme Gressier.

«Toute la famille est effondrée»

«En raison de cette altération du discernement», le parquet avait requis dix ans d'emprisonnement.

«En difficulté dans ses facultés de compréhension et d'expression» le mineur a «expliqué à l'audience différents éléments relatifs à ses conditions de placement (...) mais n'a pas donné de réelle explication sur son acte», a encore déclaré la magistrate.

«Toute la famille est effondrée, huit ans... c'est rien huit ans, c'est demain huit ans, ma petite-fille est morte déjà depuis un an. Ca ne fera pas revenir la petite, mais la justice aurait pu être un peu plus sévère», a réagi vendredi soir sur France 3 Alain Marmignon, le grand-père de Léa.

(nxp/afp)