Ecosse

25 février 2020 18:08; Act: 25.02.2020 18:37 Print

Un éleveur condamné pour avoir frappé ses moutons

Agé de 59 ans, un fermier a plaidé coupable d'actes de cruauté après avoir été filmé en train de porter des coups de poing à la tête de deux de ses moutons.

storybild

L'homme a écopé d'une amende de 550 livres sterling (698 francs). (Photo: Sam Carter/Unsplash)

Une faute?

Un éleveur écossais a été condamné à une amende pour avoir frappé à coups de poing ses moutons en pleine tête, a annoncé mardi une association de défense des animaux, qui a publié des images des faits reprochés.

Agé de 59 ans, l'éleveur a plaidé coupable devant un tribunal du sud d'Edimbourg et a écopé d'une amende de 550 livres sterling (698 francs), selon la branche écossaise de la Société de prévention de la cruauté contre les animaux (SPCA).

L'inspecteur en chef écossais de la SPCA John Chisholm a dit espérer que cette amende serve «d'avertissement» à l'éleveur, producteur de laine, qui a adopté un «comportement inacceptable».

L'éleveur a été poursuivi pour actes de cruauté après avoir été filmé en train de porter des coups de poing à la tête de deux de ses moutons. La vidéo, filmée par un agent de la protection animale envoyé par l'association de protection Peta, le montrait aussi assénant plusieurs coup de pieds à ses bêtes.

Ce genre d'abus arrive tous les jours

L'association Peta avait soumis le cas, vidéo à l'appui, à la branche écossaise de la Société de prévention de la cruauté contre les animaux (SPCA), habilitée à rapporter les affaires à la justice.

«Même si aujourd'hui c'est une victoire pour les animaux, ce genre d'abus arrive tous les jours dans l'industrie de la laine», a jugé Jason Baker, vice-président des campagnes internationales de Peta.

«Il est troublant qu'à chaque fois que nous visitons un hangar de tonte - que ce soit au Royaume-Uni, en Australie, aux États-Unis ou en Amérique du sud- (nous soyons) témoins des mêmes violences à l'encontre des moutons», a dénoncé le dirigeant, évoquant des «coups de pieds, des coups de poings» mais aussi des bêtes «frappées à la tête avec des tondeuses électriques».

(nxp/afp)