États-Unis

12 novembre 2019 10:11; Act: 12.11.2019 10:11 Print

Un employé «casse en deux» une cliente fâchée

Une dame venue réclamer un remboursement a été violemment reçue par un employé d'un fast-food, mardi dernier dans le Tennessee.

Une faute?

Une Américaine de 55 ans est hospitalisée depuis mardi dernier à Nashville (Tennessee). Neuf fractures au coude gauche, la jambe gauche cassée et six côtes brisées: voilà l'état dans lequel Nicole* a été prise en charge, après avoir été violentée par un employé d'un fast-food de Columbia. Deriance Hughes, 29 ans, a été arrêté vendredi et mis en examen pour agression aggravée. Il risque jusqu'à 8 ans de prison. La prise de bec et l'attaque ont été filmées de A à Z.

Selon son avocat, Nicole s'est rendue dimanche chez Popeye's, où elle a déboursé 13,11 dollars pour son repas. En rentrant chez elle, la quinquagénaire a remarqué qu'on lui avait facturé sa nourriture à double. Sur conseil du responsable du restaurant, contacté par téléphone, l'Américaine est retournée sur place pour réclamer un remboursement, explique le «Tennessean». «En arrivant là-bas, le manager l'a traitée avec hostilité et colère», estime Me Rocky McElhaney.

«Un mélange de tristesse et de colère»

Une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux montre Nicole se prendre de bec avec un employé derrière le comptoir. On peut entendre une personne reprocher à la cliente d'avoir utilisé le mot «nègre», mais ce terme n'apparaît pas dans la séquence publiée sur le web. D'après son avocat, Nicole nie avoir prononcé ce mot. «Si elle a dit quelque chose qu'elle n'aurait pas dû dire en représailles et dans le feu de l'action, nous ne le tolérons pas et elle le regrette. Mais cela ne donne à personne le droit de casser le corps de quelqu'un presque en deux», a fait valoir Me McElhaney.

L'altercation s'est en effet poursuivie devant le restaurant. L'employé a suivi la quinquagénaire et lui a fait une prise de catch. La malheureuse a été propulsée dans les airs avant de violemment percuter le sol. Après l'attaque, les employés et d'autres témoins de la scène auraient tardé à appeler une ambulance. «Elle ressent un mélange de tristesse et de colère. Personne ne mérite d'être traité de la sorte», s'indigne l'avocat. La police de Columbia a fait savoir que d'autres personnes risquaient d'être poursuivies.

*Prénom d'emprunt

(joc)