Pakistan

25 juillet 2014 18:25; Act: 25.07.2014 18:25 Print

Un gamin se fait couper les bras après une dispute

Un enfant de 10 ans a eu les deux bras sectionnés après avoir été ligoté, puis prétendument poussé contre un moteur en marche, par un riche voisin, dans une affaire au relent de féodalisme.

storybild

L'histoire de Tabassum Shahzad a fait le tour des médias pakistanais.

Une faute?

L'incident s'est déroulé lundi dans le village agricole de Bhola, situé à 170 kilomètres au nord de Lahore, capitale de la province du Pendjab, la plus peuplée du Pakistan. Le jeune Tabassum Shahzad se lavait au puits des voisins lorsque le fils de ses derniers l'a attrapé, lui a ligoté les poignets, pour éventuellement le pousser contre le moteur d'une pompe à eau agricole en marche, a déclaré à l'AFP un haut responsable de la police locale, Mohammad Jameel.

«Sa vie est fichue !»

Les deux familles vivent sur des fermes voisines, l'une petite l'autre beaucoup plus grande, et s'opposaient depuis quelques jours sur le paiement d'un transformateur électrique, a précisé la police. Dans la province du Pendjab, de riches familles influentes possèdent de vastes terres agricoles sur lesquelles travaillent des villageois sous-payés, un système souvent qualifié de féodal.

«La famille de l'accusé a des liens avec des personnalités politiques influentes. Elle a tenté d'étouffer l'affaire, de nous convaincre d'opter pour un compromis, mais nous avons refusé», a déclaré le père du petit garçon, Nasar Iqbal. «Sa vie est fichue ! C'est pourquoi nous avons porté plainte à la police, pour que justice soit faite», a renchéri l'oncle du garçon amputé des deux bras dont les images, sur son lit d'hôpital, ont choqué le pays.

Un accident?

L'accusé, âgé de 22 ans, a reconnu avoir ligoté les poignets de son jeune voisin, mais nié l'avoir poussé contre l'hélice du moteur, a indiqué un officier en charge de l'enquête. «L'accusé a affirmé ne pas avoir eu l'intention de faire du mal au gamin, que c'était un accident», a souligné cet officier précisant que l'accusé devait comparaître en cour le 4 août, après les célébrations de l'Aïd el-Fitr.

Outré, le gouverneur du Pendjab, Shahbaz Sharif, a promis une indemnisation d'un million de roupies (10'000 dollars), une somme importante dans ce pays où le PIB par habitant approche les 1360 dollars, à la famille du garçon qui rêvait de devenir médecin.

(afp)