Berne

18 juillet 2019 05:05; Act: 18.07.2019 16:52 Print

Un homme meurt lors d'une opération de police

A Berne mercredi soir, des policiers à la recherche d'un homme qui s'était enfui d'une institution psychiatrique ont ouvert le feu.

storybild

(Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Une faute?

Un homme armé a été abattu mercredi soir à Berne lors d'une opération de police. Agé de 36 ans, ce Suisse domicilié dans le canton de Berne s'était enfui d'une institution psychiatrique.

La police cantonale bernoise explique avoir dû faire usage d'une arme de service en raison d'une «situation présentant un danger imminent» pour les agents. Grièvement blessé, l'homme a reçu des premiers soins sur place en attendant l'arrivée de l'ambulance. Il a succombé à ses blessures peu après son admission à l'hôpital.

Enquête en cours

Au cours de leur engagement, les policiers ont saisi une arme à feu sur la victime. L'enquête sur le déroulement des faits est menée sous la direction du Ministère public Berne-Mittelland. La police cantonale zurichoise est chargé des clarifications policières. Le fait de confier cette mission à un corps de police extracantonal n'est pas inhabituel. Le nombre de coups de feu tirés et le type d'arme engagé ne sont pour le moment pas connus. Interrogé jeudi par Keystone-ATS, un porte-parole de la police cantonale bernoise a expliqué qu'il ne voulait pas anticiper les résultats de l'enquête.

Il est rare que des agents de la police cantonale bernoise fassent usage de leur arme de service, a précisé le porte-parole Christoph Gnägi sur la base des statistiques de ces dernières années. Il est encore plus rare que des personnes soient blessées ou tuées.

Connu de la police

Le porte-parole n'a pas dévoilé non plus le nom de l'établissement où cet homme était soigné au nom du respect de la vie privée des personnes concernées. Mais il était connu des services de police. Des agents avaient été appelés plusieurs fois en raison de son comportement.

C'est mercredi vers 16h45 que la police a été informée que cet homme s'était enfui d'une institution psychiatrique. Lors des recherches, une patrouille l'a repéré dans un immeuble au Kuhnweg à Berne, près du Centre Paul Klee et a pu l'aborder. C'est ensuite qu'une arme de service a dû être utilisée.

Pistolet à impulsion électrique

En 2018, les corps de police suisses ont enregistré douze recours à l'arme à feu. Ce chiffre représente une légère hausse par rapport à la valeur la plus basse enregistrée l'année précédente, indique la Conférence des commandants des polices cantonales de Suisse.

En revanche, l'usage du pistolet à impulsion électrique a fortement augmenté. Des impulsions électriques ont dû être déclenchées dans 45 cas. Seulement 13 engagements avaient été enregistré l'année précédente.

(nxp/ats)