Schlieren (ZH)

19 juin 2014 16:46; Act: 19.06.2014 20:05 Print

Un loup meurt fauché en pleine agglomération

Le premier canidé recensé dans le canton est mort mercredi soir après avoir a été heurté par un train dans la zone industrielle zurichoise.

storybild

Le loup se trouvait dans l'agglomération zurichoise. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Un jeune loup a été écrasé mercredi soir par un train à Schlieren (ZH), dans l'agglomération zurichoise. Cette présence du canidé est une première dans le canton de Zurich depuis le retour de l'espèce en Suisse. Des analyses génétiques doivent désormais révéler son origine.

Ni l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), ni les autorités zurichoises ne sont réellement surpris par la présence du loup dans des régions non montagneuses de la Suisse, voire aux portes de Zurich. «Les jeunes loups sont actuellement en vadrouille», explique jeudi à l'ats Reinhard Schnidrig, chef de la section animaux sauvages à l'OFEV.

Au cours des dernières années, le nombre de loups en Suisse a augmenté de manière régulière. La première meute vit depuis 2012 dans le massif grison du Calanda (GR), près de la frontière st-galloise. Ses jeunes membres sont en train de passer à l'âge adulte et de quitter la meute.

A ce moment-là, ils sont capables de parcourir 60 kilomètres en une nuit, a ajouté M. Philipp. Il ignore pour l'heure si le jeune loup était seul ou se déplaçait avec d'autres animaux de son âge. On compte actuellement entre 25 et 30 loups qui parcourent les régions suisses.

Premier loup «urbain»

C'est la première fois, depuis le retour du loup en Suisse, qu'un canidé de cette espèce se promène en milieu urbain. Il avait déjà été aperçu mardi à Birmensdorf, au sud de Zurich, par un passant, avant de se déplacer en direction de Schlieren, ville située à l'ouest de la cité de Zwingli.

C'est là que l'animal a été happé par un train mercredi. Il est certainement mort sur le coup, a précisé jeudi lors d'une conférence de presse Urs Philipp, directeur du Département de la chasse du canton de Zurich. Il s'agit d'un jeune né l'année passée.

Son cadavre, envoyé au centre d'incinération - comme le veut la procédure - a été reconnu à la dernière minute par le garde-chasse. Ce dernier voulait y jeter un dernier coup d'oeil, par sécurité. Lorsqu'il a découvert qu'il s'agissait d'un loup, il a immédiatement mis le cadavre en sécurité pour des analyses, a expliqué Urs Philipp. Réalisées à Berne, elles doivent notamment déterminer son origine.

Pas dangereux pour l'homme

L'office zurichois de la chasse et de la pêche avait déjà mis en place des mesures en cas de présence du loup dans le canton, indique le gouvernement du canton. Ces dernières visent la cohabitation la plus harmonieuse possible entre l'homme et le loup.

L'homme n'a rien à craindre du loup, puisqu'il ne fait pas partie de ses proies habituelles, a précisé le directeur de la chasse. Il convient cependant d'éviter à tout prix de s'approcher du canidé et de le nourrir. De plus, les moutons ne doivent plus être laissés sans surveillance la nuit.

A l'étranger, la présence du loup dans les villes n'est pas rare. Plusieurs spécimens sont observés régulièrement dans l'agglomération de Rome. Les loups ne s'établissent toutefois pas longtemps en milieu urbain en raison du manque de calme qui y règne, souligne Reinhard Schnidrig.

(20 minutes)