Royaume-Uni

27 octobre 2014 19:21; Act: 27.10.2014 19:21 Print

Un porno zoophile? Non, un acteur déguisé en tigre

Un Britannique était accusé d'avoir visionné une vidéo montrant les ébats d'une femme avec un fauve. Mais les enquêteurs n'avaient pas pensé à mettre le son en visionnant le film...

Une faute?

C'est une histoire peu banale qui est arrivée à Andrew Holland, chauffeur de bus établi près de Wrexham, au Pays de Galles. Le Britannique âgé de 51 ans a été arrêté pour possession d'images pornographiques considérées comme «extrêmes». Il avait en effet reçu sur son téléphone une courte vidéo montrant une femme couchant avec un tigre. Andrew a eu beau expliquer que ces images lui avaient envoyées par des amis en guise de plaisanterie, rien n'y a fait: il a été dénoncé à la justice.

Ce n'est que six mois plus tard, à l'ouverture du procès, que la vérité a éclaté: l'animal figurant dans la vidéo X était en fait un acteur déguisé en tigre. Durant l'enquête, il n'était en effet pas venu à l'esprit des policiers de mettre le son lors du visionnage du film. Ce n'est qu'en montant le volume au tribunal que les juges ont pu entendre le soi-disant fauve dire «That's grrrrrrreat!» («C'est super!»), en référence à la publicité pour une marque de cornflakes.

«Les gens m'appelaient au milieu de la nuit»

Le Britannique a bien été blanchi, mais le mal est fait. Le malheureux a perdu son travail, a subi des attaques haineuses et a été victime d'une attaque cardiaque due au stress que lui a causé le procès. «Les gens m'appelaient au milieu de la nuit. Trois jeunes gens se sont pointés derrière ma porte et m'ont traité de tous les noms. J'ai été menacé plusieurs fois», raconte Andrew à «The Independent».

Depuis, le Britannique a rejoint l'organisation Backlash, qui milite pour un assouplissement de la loi sur le porno considéré comme «extrême». «Ce texte menace des gens ordinaires qui s'échangent des blagues salaces via leurs téléphones et internet», estime Jon Fuller, porte-parole de Backlash.

(joc)