Etats-Unis

11 juillet 2014 15:29; Act: 11.07.2014 15:31 Print

Une ado victime d'un viol devient la risée du web

Droguée à son insu lors d'une soirée, Jada pense avoir été violée. Le lendemain, elle découvre que des photos d'elle à moitié nue circulent sur la Toile et que certains internautes rient de son sort.

storybild

Certains internautes se sont moqués de la jeune fille en reproduisant la position dans laquelle elle se trouvait après l'agression. (Photo: Twitter)

Une faute?

Jada, une adolescente de 16 ans vivant à Houston, affirme avoir été violée lors d'une fête d'étudiants. Mardi, l'Américaine a raconté son drame à la chaine KHOU. Elle dit avoir accepté un verre de punch offert par le copain d'un de ses amis. Selon elle, la boisson contenait de la drogue. Jada ne se souvient pas de ce qui s'est passé ensuite. Elle n'a seulement pris conscience de son agression que le lendemain, lorsqu'elle a vu sur les réseaux sociaux des photos d'elle, étendue sur le sol à moitié nue.

Traumatisée, la jeune fille est pourtant loin d'être sortie de son calvaire, relate le «Washington Post». Des photos et des vidéos de son agression circulent, en effet, sur internet. Le violeur présumé s'est même permis de se moquer de Jada sur Twitter. Comble de l'humiliation: un mème est né sur le réseau social. Appelé #jadpose, il consiste à imiter la position dans laquelle se trouvait Jada après l'agression en se couchant sur le sol à demi-vêtu(e). Lancé mardi, le hashtag a déjà été utilisé 3000 fois. Choquée, Jada n'a pourtant pas hésité une seule seconde à s'exprimer à la télévision: «Je n'ai pas de raisons de me cacher. Tout le monde a déjà vu mon visage et mon corps, mais ce n'est pas ce que je suis ni qui je suis», a-t-elle déclaré.

Elan de solidarité

Le «Houston Press» a pu s'entretenir avec le créateur d'une des vidéos qui se moquent de l'adolescente. Le jeune homme, qui a refusé de dévoiler son identité, a affirmé qu'il ne connaissait pas Jada et qu'il avait posté cette vidéo dans le but de «réveiller son fil Twitter».

La plupart des mèmes ont depuis été effacé et de nombreux internautes ont volé au secours de l'adolescente. En se servant du même hashtag, ils en ont profité pour témoigner leur solidarité envers Jada: «Houston t'aime et te soutient, Jada», a notamment twitté une utilisatrice du réseau social. Lors de son interview, l'ado a appelé à l'arrestation de son agresseur. La police de Houston, elle, mène l'enquête.

(joc)