Siebnen (SZ)

31 juillet 2012 17:00; Act: 01.08.2012 11:17 Print

Une scène s'envole et s'écrase sur des toilettes

L'open air Falk Lorelei, qui s'est déroulé ce week-end à Siebnen (SZ), a évité de justesse la catastrophe. La plate-forme des concerts s'est envolée sous la violence du vent.

Sur ce sujet
Une faute?

L'open air Falk Lorelei qui s'est déroulé ce week-end à Siebnen (SZ) a bien failli tourner au drame. Les autorités avaient bien effectué le contrôle des aliments et les mesures de sécurité contre les incendies. Elles avaient par contre omis de vérifier la solidité de la scène par fort vent.

Une vidéo diffusée par «20 Minuten» montre la plate-forme des concerts s'envoler vendredi à la suite d'une rafale. La structure d'acier s'est effondrée sur quatre toilettes chimiques toutes proches, heureusement sans faire de blessés.

Les organisateurs ont alors rapidement reconstruit une scène plus petite, pour que la fête puisse continuer samedi.

Catastrophe évitée de justesse

Les deux cents personnes qui se trouvaient dans les environs ont frôlé la catastrophe. «On n’imagine même pas ce qui se serait passé si l’accident avait eu lieu pendant un concert. Les organisateurs ont vraiment eu beaucoup de chance», a expliqué Adrian Oberlin, président de la Municipalité de Wangen.

Par temps d’orage, les accident de ce genre peuvent avoir des répercussions dramatiques. Une jeune femme avait trouvé la mort à l’open air de Frauenfeld (TG), en juillet de cette année, lorsque la tente sous laquelle elle s’était réfugiée s’est effondrée.

A qui la faute?

«Nous nous sommes conformés à toutes les exigences des autorités. Honnêtement, je ne vois pas ce que nous avons fait de travers», explique Stefan Cadrobbi, président du comité d’organisation. «Les vitesses des vents sont montées jusqu’à 130km/heure, et la structure n’a eu aucune chance», ajoute-t-il.

«Les organisateurs sont responsables de la sécurité du site», explique Adrian Oberlin. «Selon la loi, nous devons nous charger de la sécurité incendie et des réglementations sur les aliments. Ce que nous avons fait.»

L’incident donne à penser

Le maire reconnaît cependant une certaine «défaillance du système. Cet accident m’a fait réfléchir. Nous allons discuter avec l’Etat.» Une solution possible serait par exemple d’établir des exigences de sécurité supplémentaires lorsque le nombre de spectateurs attendus est élevé.

Quant aux organisateurs, ils sont contents d’avoir été épargnés physiquement. Un trou de cinq à six chiffres caractérise les dommages, mais le Falk Lorelei se tiendra de nouveau l’année prochaine. «Comme nous ne sommes pas suffisamment assurés, nous dépendons à présent des dons», expliquent-ils.