Haute-Savoie (F)

18 juillet 2019 22:32; Act: 18.07.2019 22:58 Print

Vingt bisons qui se sont fait la belle seront abattus

Mercredi matin, un troupeau de bisons s'est échappé de son exploitation. Les animaux seront abattus vendredi matin.

storybild

Les bisons pèsent entre 300 et 600 kilos. (Photo: Keystone/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Vingt bisons vont devoir être abattus à l'aube, vendredi, près de Megève, après s'être échappés mercredi de leur domaine d'élevage, et n'avoir pu être ramenés, a-t-on appris auprès de la préfecture de Haute-Savoie, en France.

Les vingt animaux, pesant généralement entre 300 et 600 kg, dont deux bisonneaux, se sont échappés mercredi matin du domaine de la Sasse, où ils sont élevés, dans des conditions non élucidées.

Les mairies de Megève et Saint Gervais ont pris jeudi des arrêtés pour restreindre la circulation. La préfecture a tenté de les rabattre vers leur enclos, avec l'aide des agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), mais l'encerclement n'a pas fonctionné. «Des bisons ne se manoeuvrent pas comme un troupeau de vaches», a fait remarquer à l'AFP Aurélie Lebourgeois, directrice de cabinet du préfet de Haute-Savoie.

Risque de mauvaises rencontres

Les bisons sont restés «relativement éloignés des zones habitées, mais il y a des sentiers de randonnée, et donc le risque de mauvaises rencontres», a-t-elle ajouté. La préfecture a donc dû se résoudre jeudi soir à prévoir leur abattage à l'aube vendredi, car «personne ne peut garantir une autre technique qui fonctionne», selon Mme Lebourgeois.

L'option d'un endormissement a été étudiée, mais cela a été abandonné. Il fallait en effet prévoir de très fortes quantités de produit anesthésique, avec le risque de ne pas toucher une zone du corps où il se serait diffusé rapidement, a-t-elle ajouté: «On ne pouvait les faire courir et se disperser». «Nous ne faisons pas cela de gaité de coeur, mais on ne pouvait prendre le risque d'avoir une charge ou un bison qui arrive en ville», a-t-elle conclu.

Le troupeau évadé représente la majorité des bêtes de l'éleveur Dominique Méridol sur le domaine de la Sasse, près du mont d'Arbois. Il abat lui-même ses bêtes et la viande est servie au restaurant du domaine.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lucky Luke le 18.07.2019 23:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Human Forever

    Pfff on prend leur place et hop si ils osent chercher La Liberté on tue... bref, on a l'habitude. Je comprends le danger mais y'a toujours d'autres moyens.

  • K-roline le 18.07.2019 23:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Marre

    Pffffff c'est navrant .. l'homme tue tout à sa guise ! C'est révoltant !!!

  • Diego Ramadona le 19.07.2019 01:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nul

    C'est nul comme décision.

Les derniers commentaires

  • Cathie le 21.07.2019 22:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    conard

    Et tout ca parce qu'un c... aura trouvé rigolo de couper des fils pour leur donner la liberté, vers la mort. A pleurer

  • Bison Futé le 19.07.2019 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres bêtes...

    Faut abattre d'abord l'éleveur pour sa gestion calamiteuse !!!

    • mumu51 le 22.07.2019 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bison Futé

      tu es sûr que c'est sa faute? pas celle d'un imbecile de saboteur?

  • Julianne Psilo le 19.07.2019 21:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'homme dans ses oeuvres

    Déjà responsable de la disparition du dodo mauricien, des mammouths, du lièvre roux de Tasmanie, du singe hélicoptère de Sumatra, et bien d'autres. C'est la honte.

    • Fanettetrala le 22.07.2019 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Julianne Psilo

      Ça n'a rien à voir...

  • cochise le 19.07.2019 19:54 Report dénoncer ce commentaire

    cinquante pour cent

    il y aura peut etre de la viande de bisons en action alors profitons

    • pily le 19.07.2019 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @cochise

      La débilité humaine n'a vraiment pas de limite, mangé des croquettes, ça fera des vacances aux animaux

  • Mendrisiotto le 19.07.2019 19:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ?????

    Il manque plus que John Wayne dans ces explications Les cowboys et les indiens