Vevey (VD)

19 novembre 2019 08:14; Act: 19.11.2019 09:02 Print

Vraie arnaque menée par trois faux ripoux

par Christian Humbert - Trois hommes risquent jusqu’à 4 ans de prison. Ils affirmaient être des ripoux, afin de soutirer 100 000 fr. à un Espagnol.

storybild

Deux hommes se sont fait passer pour des policiers corrompus pour sous-tirer de l'argent à un millionnaire.

Sur ce sujet
Une faute?

Ce n’est pas tous les jours que des gendarmes arrêtent des «collègues». C’est pourtant ce qui s’est produit en avril 2017. Les vrais policiers se sont retrouvés face à trois récidivistes de 31 à 42 ans, alors sans travail et sans domicile. Ce trio s’était fait passer pour des ripoux auprès d’un indépendant travaillant dans une station des Alpes vaudoises. À leurs yeux, ce dernier, un Espagnol, avait eu le tort d’être devenu trop rapidement multimillionnaire. L'homme était notamment propriétaire de trois immeubles. «Nous avions entendu dire que c’était un dealer» ont-ils raconté hier au Tribunal de Vevey.

Les trois acolytes se sont donc rendus dans l’établissement public de cet homme, où ils l’ont accusé de trafic de drogue. Ils l’ont ensuite menacé de s’en prendre à sa famille s’il ne leur versait pas 100 000 fr. Pour plus de crédibilité, les deux faux enquêteurs étaient accompagnés d’un «gros bras» et d’un soi-disant interprète officiel, puisque leur cible ne s’exprime qu’en espagnol. Les voyous ont donné un délai pour réunir la somme à remettre devant le poste de gendarmerie d’Aigle. Faute de quoi il serait envoyé en taule.

La défense demande du sursis

Terrorisée, la victime a alors pris la fuite dans son pays avec femme et enfants. Deux ans plus tard, sa famille vit toujours dans la peur en Espagne. Il revient seul en Suisse de temps à autre pour mener ses affaires. «Je suis encore sous traitement», a-t-il raconté aux juges.

La procureure a requis 4 ans contre le chef de la bande, 28 mois et l’expulsion contre l’interprète et 2 ans, dont 6 mois ferme, contre le dernier prévenu. La défense a plaidé des condamnations avec sursis. Le jugement est attendu ce jour.