Aéroport

21 juillet 2014 22:00; Act: 22.07.2014 08:39 Print

«C’était la foire d’empoigne pour rentrer à Genève»

par Marine Guillain - Quatre vols ont dû être déroutés vers Lyon, dimanche soir, à cause des intempéries. Explications.

A l'arrivée des premiers bus, les quelques 500 passagers qui attendaient depuis des heures à Lyon se sont rués vers les portes d'entrée, afin de s'assurer une place pour rentrer à Genève.
Sur ce sujet
Une faute?

«Notre avion est parti avec deux heures de retard, et le délai était juste dépassé pour atterrir à Genève», explique Sarah, une passagère d’un vol easyJet parti de Palma de Majorque. Trois autres vols de la compagnie ont subi le même sort à cause des orages, dimanche soir (lire ci-contre). Ils ont dû se poser à Lyon. «La dernière limite de notre couvre-feu est à 0 h 29, indique Bertrand Stämpfli, attaché de presse de Genève Aéroport. Les normes juridiques sont très sévères, et nous ne pouvons y déroger qu’en cas de force majeure.»

Une fois à Lyon, les choses se sont encore gâtées: les passagers en tenue estivale, qui ont patienté dans le froid, n’ont reçu ni collation ni couvertures. Au bout de deux heures, cinq bus sont arrivés de Genève pour quatre avions pleins, soit plus de 500 passagers. «Comme il n’y avait pas assez de places pour tout le monde, c’était la foire d’empoigne pour monter dans les véhicules», raconte Sarah. La trentenaire et son amie ont fini par prendre un taxi vers 2 h 30, qui les a déposées à l’aéroport de Genève à 4 h. EasyJet s’excuse de ce dérangement, sans donner plus d’explications.

«Je comprends le désarroi des passagers, assure Bertrand Stämpfli. Excepté ces vols, le personnel de l’aéroport a permis à une vingtaine d’avions d’atterrir. Un petit exploit.» Les quatre appareils déroutés sont revenus à Genève lundi matin, vides. Aucun vol n’a été annulé, mais certains ont décollé avec plusieurs heures de retard.