21 juin 2007 23:00; Act: 21.06.2007 21:49 Print

«Conseiller politique» libéral pour le MCG

GENEVE – L’avocat libéral Patrick Dimier est payé pour donner des «conseils juridiques et politiques» au MCG.

Une faute?

«Nous employons M. Dimier au titre de conseiller politique, c’est vrai», indique Eric Stauffer, du Mouvement Citoyens Genevois (MCG).
Le dernier-né des partis politiques du canton se tourne donc vers la droite pour l’aider à formuler ses nombreuses interpellations. Patrick Dimier, membre de l’assemblée des délégués du Parti libéral conteste cette appellation: «Le MCG est mon client. Je suis son avocat et c’est tout!»
Une version que ne corrobore pas la députée Sandra Borgeaud, ex-membre de la formation politique. «Jusqu’à mon expulsion du parti (novembre 2006), M. Dimier était l’assistant parlementaire du MCG, payé par le fonds du Grand Conseil. Comment voulez-vous qu’il soit financé autrement?» continue-t-elle.
En effet, le parlement cantonal accorde une enveloppe de 60 000 fr. par an à chaque groupe politique, pour qu’il puisse s’offrir les services d’un ou de plusieurs assistants parlementaires. En l’état, Sandrine Baudry est la seule à occuper officiellement cette fonction pour le compte du MCG. Elle n’a pas souhaité faire de commentaire.
Chez les libéraux, les avis sont divergents. Cette situation «ne pose pas de problème» à l’avocat et député du Grand Conseil, Christian Luscher. A l’inverse, le président du parti, Michel Halpérin, est plus caustique: «Si c’est vrai, je trouve cette situation peu confortable. Là, la situation en devient ridicule et le ridicule ne tue pas assez...»

Renaud Bournoud