Genève

13 mars 2018 07:00; Act: 13.03.2018 07:00 Print

«J'ai peur d'aller dans les couloirs à cause des rats»

par David Ramseyer - Des habitants du centre-ville dénoncent le mauvais état de leur immeuble, infesté par des rongeurs. La régie s'explique.

Une faute?

«Je vois trois à quatre rats chaque fois que je passe devant les poubelles, au bout du couloir de l'entrée. Il y en a parfois dans les escaliers et les corridors, jusqu'au 4e étage», témoigne Alain*. Des rongeurs font en effet de la colocation avec les résidents du 29bis de la rue de Berne, aux Pâquis.

Dans cet immeuble poisseux, où les coupures de courant et de chauffage sont régulières, une femme avoue: «Quand il n'y a pas de lumière, j'ai peur d'aller dans les couloirs, à cause des rats.» Plusieurs habitants ont prévenu leur régie de cette situation, qui dure depuis des mois.

La régie du Rhône est «au courant» du problème: elle affirme avoir procédé à des dératisations, dont la dernière jeudi passé, après notre appel téléphonique. Mais le problème demeure. «Les sous-sols en terre battue sont vétustes, explique la directrice générale Caroline Pinatel. Nous sommes obligés de mettre les containers à ordure dans le couloir d'entrée car il n'y pas de local à poubelles dans l'immeuble, et il est interdit de les poser dans la rue». Les rats reviennent donc régulièrement.

Tout l'immeuble à réhabiliter

En réalité, la situation nécessite des mesures d'envergure, et pas seulement à cause des rongeurs. Le bâtiment, qui date de 1919, n'est pas équipé de chauffage central et toute l'installation électrique doit être refaite. Cela a même fait l'objet d'une pétition des locataires, fin 2015.

«Nous avons essayé de prendre toutes les mesures possibles mais cela n'a pas été suffisant, admet Caroline Pinatel. Une réhabilitation complète est nécessaire, y compris en sous-sol avec la construction d'un local à ordures». Les choses pourraient bientôt changer. L'immeuble vient d'être vendu et selon la régie du Rhône, son nouveau propriétaire envisage clairement de rénover massivement les lieux. Le coût des travaux devrait se monter à plusieurs centaines de milliers de francs. Quand auront-ils lieu? Un délai précis est impossible à établir pour l'instant, notamment en raison des autorisations nécessaires à obtenir, précisent les régisseurs.

* Prénom fictif