Meurtre à La Plaine (GE)

06 janvier 2016 15:20; Act: 06.01.2016 18:37 Print

«Je l'ai encore vue le jour même, elle allait bien»

par Julien Culet - Une femme de 49 ans a été retrouvée morte mardi dans un village genevois. Elle aurait été poignardée. Aucune arrestation n'a eu lieu.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«Nous sommes tous abasourdis. On ne comprend pas», témoigne Christine, voisine de palier de la victime. La tranquillité du village genevois de La Plaine, sur la commune campagnarde de Dardagny a été troublée par le meurtre d'une femme de 49 ans. Elle a été retrouvée sans vie mardi à son domicile de la route de La Plaine. Selon nos informations, elle aurait été poignardée. «J'étais là quand sa fille de 21 ans a appris la mort de sa maman. Elle était sous le choc, je l'ai accueillie un moment», poursuit Christine.

Femme seule

La victime était une femme discrète, sans histoire, d'après tous les habitants interrogés. «Je l'ai encore croisée lundi, elle promenait son chien. Elle allait bien, était contente. Elle n'avait pas l'air préoccupée», rapporte la voisine. La victime vivait depuis de nombreuses années dans son appartement. Elle était seule depuis le départ de sa fille et n'avait pas de compagnon connu. Ancienne employée des SIG, elle était au chômage. La quadragénaire suivait une formation afin de retrouver du travail.

Le Ministère public indique que les secours ont été dépêchés sur place mardi à 13h. «Un médecin a constaté le décès de la victime», précise-t-il. Le ou les auteurs sont actuellement recherchés. L'enquête est en mains de la brigade criminelle de la police judiciaire. Les agents ont fouillé tout le quartier et ont interrogé les habitants. «Ils ont demandé si nous avions entendu du bruit lundi soir vers 22h, explique une jeune femme dont l'appartement est accolé à celui de la victime. Mais il n'y a rien eu alors que d'habitude on sait tout ce qui se passe à côté.»

Localité sous le choc

Le mystère entourant le décès est donc entier. Tout le village en parle depuis mardi et l'irruption des forces de l'ordre. «C'est vraiment étrange comme histoire. On la connaissait, elle venait de temps en temps, indique Antonio, du Café de la Poste. Nous n'avons jamais d'accident comme ça. C'est plutôt des cambriolages, d'habitude.» Un fait divers exceptionnel qui inquiète les habitants. «Ça fait peur. Pourvu qu'ils retrouvent vite celui qui a fait ça», espère une retraitée.