Coronavirus-Genève

24 mars 2020 18:35; Act: 24.03.2020 18:35 Print

«La protection de l'enfance assure ses missions»

par Maria Pineiro - Les services chargés des foyers, des familles d'accueil et du suivi des situations se veulent rassurantes. Malgré la crise, elles s'adaptent et continuent.

storybild

Les enfants en foyer ne peuvent plus recevoir de visites. (Photo: Keystone/Laurent Gillieron)

Une faute?

La suspension du droit de visite des parents dans les foyers pour enfants pour cause de coronavirus a été largement relayée ces derniers jours par différents médias. Mardi après-midi, le Service de la protection des mineurs (SPMI) et l'Office de l'enfance et de la jeunesse (OEJ), se sont voulus rassurants: «Notre première préoccupation est la santé des enfants et de ceux qui les encadrent», a affirmé Carlos Sequeira, directeur du SPMI.

Pour faire face à la crise due au coronavirus, les deux entités ont dû se réorganiser. Ainsi, 20% du personnel travaille sur site et 80% à domicile. Néanmoins, le suivi des situations est maintenu par téléphone et sur place si nécessaire. Les signalements continuent d'être traités. Pour ce qui est de la suspension des visites des parents dans les foyers d'enfants, pas question d'assouplissement pour l'heure. «Les contacts sont maintenus, mais pas physiquement, a déclaré Carlos Sequeira. Nous utilisons les moyens électroniques et n'envisageons pas d'organiser des rencontres avec espacement de deux mètres. La situation est particulière, mais les enfants comprennent.» Il s'agit également pour l'office de préserver son personnel afin de pouvoir continuer à assurer sa mission. «Dans les foyers, a annoncé Daniela di Mare, directrice de l'OEJ, nous avons renforcé l'encadrement des enfants afin de pallier la fermeture des écoles. Des éducateurs et des animateurs sont présents durant la journée.»

Personnel mobilisé par le médecin cantonal

L'OEJ a également informé que depuis le 14 mars, une partie de ses médecins et infirmières sont mobilisés par le médecin cantonal. Cette semaine, cela concerne 33 employés. Ils seront 50 la semaine prochaine, à savoir 60% des effectifs. L'office a demandé à pouvoir garder du personnel afin de continuer le travail d'information, de contrôle et de suivi.

Les deux professionnels admettent que le confinement peut avoir des conséquences négatives sur le cadre familial et représenter des dangers pour les enfants. Pour ce qui est des conséquences psychologiques à long terme de mineurs placés, au vu du caractère inédit de la situation, il est impossible de faire des pronostics.

Plusieurs numéros de téléphone sont à disposition du public afin de se renseigner ou d'informer de situations délicates. La permanence du service est joignable au 022 546 41 00 et le 147 destiné aux mineurs.