Grand Conseil genevois

07 décembre 2008 22:44; Act: 07.12.2008 21:11 Print

«Le MCG méprise toujours nos institutions»

par Renaud Bournoud - Le MCG veut la tête du président après l’expulsion du Grand Conseil de trois des leurs, vendredi.

Sur ce sujet
Une faute?

«J’ai eu peur que la situation dégénère et que les gens commencent à se taper dessus.» Il était 22 h 05 vendredi, lorsque le président du Grand Conseil, l’UDC Eric Leyvraz a expulsé de la salle les députés Eric Stauffer, Roger Golay et Henry Rappaz.

Auparavant, les débats avaient pris une tournure musclée. Le Mouvement Citoyens Genevois (MCG) s’en était pris au conseiller d’Etat Charles Beer, le traitant de «bonnet d’âne» avant d’accuser la députée verte Ariane Blum Brunier de se faire écrire ses discours par son mari, le socialiste Christian Brunier. «Du machisme primaire» juge, dégoûté, ce dernier.

«Il n’y a jamais eu d’insulte, estime pour sa part Eric Stauffer. Ce n’étaient que des propos vifs». Un avis que ne partage pas Eric Leyvraz. «On ne peut pas laisser dire n’importe quoi. C’est une question d’éducation», tranche-t-il. L’ancienne présidente du parlement, la socialiste Loly Bolay est atterrée. «Le MCG est toujours «borderline», il méprise nos institutions.»

Le MCG a demandé dimanche la démission d’Eric Leyvraz. Pis, il n’exclut pas de saisir l’ONU. «Un incident planétaire», rigole Soli Pardo le président de l’UDC, pour qui ces expulsions sont justifiées. Ce qui n’empêche pas cette même UDC d’ouvrir la porte à une alliance avec le MCG en vue des élections cantonales de 2009, comme le révélait samedi Le Courrier.