Genève/France

24 juillet 2018 22:58; Act: 24.07.2018 23:02 Print

«Le chauffeur a passé le trajet sur son téléphone»

par Maria Pineiro - Un lecteur témoigne d'un voyage Chamonix-Genève inquiétant, le conducteur tapant des sms et déviant de sa trajectoire.

storybild

Le conducteur a utilisé son téléphone tout au long du trajet. (Photo: Lecteur reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous étions totalement horrifiés», s'exclame Louis*, encore sous le choc une semaine après les faits. Le 19 juillet, dans le car Flixbus qui le ramenait de Chamonix à Genève, le chauffeur semblait bien peu à son affaire. «Durant une heure et demie, témoigne Louis, le chauffeur a passé le trajet sur son natel. A tel point que le car déviait de sa trajectoire pour aller rouler sur les lignes de sécurité, puis revenir de l'autre côté de la chaussée.»

Le passager a pris des photos éloquentes. On peut y voir le conducteur consulter son téléphone dans des positions improbables: l'appareil sur le tableau de bord et ses bras glissés au milieu du volant. Louis n'a pourtant pas osé lui faire de remarque. Le professionnel a continué à utiliser son smartphone tout au long du parcours selon ses affirmations. «C'était hallucinant, je n'avais jamais vu ça auparavant.»

Pas de réaction des autorités

Une fois rentré, le passager échaudé a pris contact avec Flixbus qui lui a demandé d'écrire un courriel afin de faire remonter l'incident, ainsi qu'avec la gendarmerie française et l'Office fédéral des transports. Mais «personne n'a réagi, à croire que ce n'est pas important».

Contactée par «20 minutes», la compagnie Flixbus a indiqué ne pas avoir été mise au courant de l'incident. «Nous prenons la sécurité de nos passagers très au sérieux», se défend Raphaël Daniel, porte-parole. Pour ce qui est d'éventuelles sanctions, il explique que Flixbus ne possède pas de véhicules et ne salarie pas de chauffeurs. «Nous travaillons avec des entreprises partenaires. Nous allons signaler ce cas et demander à notre mandataire italien de suspendre le conducteur de notre service durant un mois», ajoute-t-il.

Formés au respect du code de la route

C'est au patron du salarié de décider d'autres mesures s'il l'estime nécessaire. «En cas de récidive nous pouvons exiger que le conducteur n'officie plus sur nos lignes», précise le chargé de communication.

Il indique que la compagnie forme les conducteurs qui vont officier sur ses lignes aux questions de sécurité et de respect du code de la route. Ils sont également rendus attentifs aux différentes lois qui régissent la conduite dans les pays qu'ils traversent. «Si un trajet se passe mal et que nous sommes prévenus, nous pouvons entrer directement en contact avec le chauffeur, voire lui demander d'arrêter le bus et lui trouver un remplaçant sur le moment», conclut Raphaël Daniel.

Quant à Louis, il estime que ce cas est exceptionnel et ne renoncera pas à prendre le bus à l'avenir.

* prénom d'emprunt