Genève

02 juillet 2018 19:48; Act: 04.07.2018 15:45 Print

«Le racisme est trop grave pour qu'on s'amuse avec»

par Lucie Fehlbaum - La Municipalité du Grand-Saconnex (GE) a reçu la «coupe de la commune la plus raciste». Le maire, d'origine africaine, réagit.

storybild

Le mur et la coupe posés devant la porte de la mairie. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je suis très touché. Ils en ont suffisamment fait. Ils viennent murer la mairie, ils nous insultent.» Laurent Jimaja, maire du Grand-Saconnex (GE) natif du Bénin, réagit vivement à l'action d'un collectif anonyme qui accuse sa commune d'être «la plus raciste». Le terme est noté sur un diplôme et sur une coupe, qui ornaient un mur en briques érigé dans la nuit de dimanche à lundi devant la porte de la mairie. «Comment pourrais-je faire partie d'un collège raciste? Je ne suis pas l'ambassadeur des noirs, mais je trouve dommage qu'on instrumentalise cette problématique.»

Bien que les auteurs de cette action ne divulguent pas leurs identités, ils font référence, dans un communiqué, au tournoi de foot antiraciste qui devait se tenir au stade du Blanché samedi. Les organisateurs souhaitaient dénoncer, avec l'événement sportif, l'installation d'un centre fédéral pour requérants d'asile au Grand-Saconnex. L'exécutif communal n'a pas été mis au courant de ces revendications tout de suite. «Ils ont manqué de transparence. Nous ne voulions plus prêter nos infrastructures. Contrairement à ce qu'ils ont dit à la presse, nous n'avons jamais annulé le tournoi.» Celui-ci a été déplacé à Vernier.

Pour Laurent Jimaja, c'est évident que les organisateurs du tournoi ont emmuré la Mairie. «Cette installation est une gaminerie. En tant qu'individu qui subit du racisme tous les jours, dans les regards, les mots, je ne comprends pas. Ce thème est suffisamment grave pour qu'on ne s'amuse pas avec.»

L'homme politique déplore l'agressivité des méthodes du collectif. Et sa vision du combat contre la xénophobie. «Ils font preuve de paternalisme. Selon eux, si on est antiraciste, on doit être anti-centre de départ ? Je ne peux pas comprendre cet amalgame. Si ces gens ne savent pas ce qu'est le racisme, on leur réexpliquera.»

Lundi, les auteurs n'avaient pas répondu à nos sollicitations. Mardi, le collectif du tournoi antiraciste a envoyé un communiqué, précisant qu'il n'avait «pas revendiqué une
telle action» et en avait pris connaissance en lisant la presse.