Immobilier

10 février 2011 22:31; Act: 11.02.2011 10:20 Print

«Mark Muller doit se mettre à bosser!»

Suite à l’affaire de la gestion immobilière cantonale, le conseiller d'Etat libéral s’est engagé à agir. Les explications ne convainquent pas les députés.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

«Lors de la législature précédente, Mark Muller disait vouloir un gros département pour pouvoir maîtriser tous les aspects de la construction, rappelle l’écologiste Christian Bavarel. Il a aujourd’hui toutes les cartes en mains, mais il ne ne passe rien!» Pour le Vert, l’audit de l’Inspection cantonale de finances (ICF) est révélateur de la méthode Muller. «Il doit se mettre à bosser et ne pas hésiter à plonger les mains dans le cambouis», dit-il.

Un avis que partage la PDC Anne-Marie von Arx: «Il a dit qu’il profiterait de ce rapport pour faire de l’ordre, ajoute-elle. On aurait souhaité qu’il le fasse avant. Mais maintenant, c’est moteur et au boulot».

Le radical Michel Ducret pense que si Mark Muller n’a pas réagi plus tôt dans ce dosier est qu'il avait sans doute de bonnes raisons. «Il faut maintenant faire de l’ordre», dit-il.

Le socialiste Christian Dandrès sourit à l’annonce de la mise en place d’une task-force pour solutionner le problème. «La gérance a un problème de management, analyse-t-il. Pas besoin de spécialistes extérieurs surtout que Mark Muller est, à la base, un professionnel de l’immobilier! Son département doit être mis sous tutelle par le Conseil d'Etat».

Pour le MCG Pascal Spuhler et l’UDC Antoine Bertschy: «Trop d’erreurs, trop de gabegie ne méritent rien d’autre que la démission». Les deux partis appellent d'ailleurs à manifester devant le Palais Eynard le 18 février lors de la réception organisée par la Ville à l’intention du de Mark Muller, président du Conseil d’Etat.


(dti)