Baston à Vernier (GE)

09 décembre 2011 07:00; Act: 09.12.2011 11:45 Print

«On m'a dit que je lui avais sauvé la vie»

L’ado touché de deux coups de couteau pendant une bagarre dans l'enceinte du cycle genevois des Coudriers doit sa vie au sang-froid d’un voisin.

storybild

L'aire de jeux des Coudriers a retrouvé son calme une semaine après les faits. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Un réflexe. C’est comme ça que M. S. explique son geste. Témoin de la baston qui a impliqué une trentaine d’ados, vendredi dernier sur le terrain de jeux du cycle des Coudriers, ce jeune homme de 22 ans a sans doute sauvé la vie d’un des belligérants. «L’un d’entre eux est venu vers moi, en me montrant son dos. Son T-shirt était maculé de sang», raconte M. S.

Sans s’expliquer pourquoi, il appuie sur la blessure, alors qu’il avoue être dégoûté par l’hémoglobine. «Je sentais son sang qui coulait sur ma main à chaque battement de cœur, c’était impressionnant.» Le sauveteur de fortune est resté ainsi plus de dix minutes, le temps que les secours arrivent pour prendre le relais.

Des jeunes d'horizons divers

«Les médecins ont dit que s’il avait perdu encore un demi-litre de sang il serait mort. Ils ont dit que je lui avais sauvé la vie.» Selon nos informations, le blessé, victime d’une double perforation du poumon, serait sorti d’affaire. «Il n’y a normalement pas de séquelles après ce type de blessure», analyse John Robert, chef du service de pneumologie de l’hôpital cantonal.

Une enquête de police est en cours pour déterminer les circonstances de la baston, qui a impliqué des bandes dont les membres n’étaient pas tous originaires de Meyrin et des Avanchets.

(tpi)