Versoix

06 février 2012 15:26; Act: 07.02.2012 15:37 Print

«Ma voiture est prisonnière de la glace»

par Faïrouz Khaïry - Un homme qui passait une soirée chez des amis, à Versoix, a dû revenir à Genève à pied et laisser son auto sur place, vendredi soir. Il raconte sa mésaventure.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Jean-Christophe a vécu une drôle de mésaventure vendredi soir, à Versoix. Il se rend à 19h30 en voiture chez des amis pour fêter un anniversaire et lorsqu’il sort peu après minuit, il lui est impossible de récupérer sa voiture. En effet, comme le vent est tempétueux, les vagues qui se sont écrasées sur les berges ont figé tout le paysage, y compris les véhicules qui se trouvaient sur les bords du quai.

Je me suis dit: quel veinard!

«Lorsque je suis arrivé en début de soirée, la route sur le quai était tout à fait praticable, raconte Jean-Christophe. Il ne restait plus qu’une place et l'ironie du sort, c'est que je me suis dit que j’avais beaucoup de chance!» Le quadragénaire gare donc sa voiture au bord du lac, sur le quai de Versoix et se rend, tout guilleret, chez ses amis.

C’était risqué

Quelques heures après, lorsqu’il tente de récupérer son véhicule, il est obligé de passer par le côté passager pour entrer dans sa voiture, le côté conducteur étant d’ores et déjà condamné par la glace. «Les vagues étaient extrêmement fortes et elles s’écrasaient systématiquement contre les berges, c’était vraiment impressionnant et j’ai très vite compris que c’était dangereux de rester là», explique Jean-Christophe. Sa voiture est prisonnière de la glace, il ne peut pas la déplacer et une épaisse couche de glace la recouvre déjà.

Il rentre à pied jusqu’à Genève

Par ce froid polaire, il décide alors de rentrer à pied jusqu’à Genève avec son fidèle ami, «Bailey’s», son berger de Savoie, car il n’y a désormais plus de train. Il mettra finalement une heure et quart pour arriver jusqu’à la gare de Cornavin puis il prendra un taxi jusqu’à Onex, où il habite.

Bloquée pendant trois semaines

Il est finalement retourné à Versoix dimanche pour essayer de récupérer son auto, mais elle était toujours coincée et pour un moment, apparemment. L’agent municipal lui a en effet expliqué qu’il pourrait sans doute récupérer son véhicule dans trois semaines, au moment du dégel. Des vents forts sont encore attendus cette semaine. «Je me suis fait avoir comme un débutant sur ce coup-là, je ne pensais pas qu’en l’espace de quelques heures, un tel scénario pouvait se produire», s’amuse Jean-Christophe.

Que risque la voiture?

Le responsable d’atelier d’un garage à Genève nous explique qu’en principe la voiture ne devrait pas subir de dégâts matériels. «Si l’on tente d’enlever la glace avant le dégel, la peinture pourrait s’abîmer, sinon il ne devrait pas y avoir de souci, car elle résiste au gel, précise le garagiste. Par contre, la batterie sera hors d’usage, car elle va geler. Il faudra donc la changer.»