Genève

08 janvier 2020 20:31; Act: 08.01.2020 20:31 Print

Accueil des sans-abris: la Ville appelle à la solidarité

par Maria Pineiro - Deux tiers des sleep-in mis en place par des associations fermeront fin janvier faute de financement. La Ville appelle les collectivités à prendre leurs responsabilités.

storybild

Des lits de camp installés dans le temple de la Fusterie. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Moins de six mois. C'est ce qu'aura duré l'expérience du Dispositif de nuit dans son concept complet. Au 31 janvier, a révélé la «Tribune de Genève», quatre des six lieux d'accueil nocturne mis en place depuis fin juillet par le Collectif d’associations pour l’accueil de nuit des personnes sans-abri fermeront, faute de moyens. Une décision qui pose la question du financement et de la pérennité d'une structure qui a démontré son utilité. En effet, chaque soir, une centaine de personne rejoint les espaces mis à disposition. En hiver, les abris PC ouverts par la Ville de Genève complètent le dispositif.

«La structure mise en place est utile, car elle permet un accueil différencié selon les spécificités des usagers, familles, femmes, célibataires ou encore toxicomanes», relève Serge Mimouni, directeur adjoint du Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la Ville de Genève. Il estime que les six mois d'ouverture de ces sleep-in ont répondu a un réel besoin. Néanmoins, indique Serge Mimouni, la Ville fait déjà beaucoup dans ce domaine. «Ce sont 13 millions de francs qui sont investis par année pour financer le dispositif d'urgence sociale en Ville de Genève». Et d'appeler d'autres acteurs, publics comme privés, à apporter leur contribution afin de pérenniser les lieux d'accueil nocturne mis en place par les associations.