Genève

26 août 2019 10:48; Act: 26.08.2019 11:21 Print

Accusations de mobbing dans un service des CFF

Plusieurs employés chargés du nettoyage des trains à la gare de Cornavin se plaignent de harcèlement au travail.

storybild

Plusieurs employés du service de nettoyage des trains sont en arrêt maladie. (Photo: Keystone/Valentin Flauraud)

Sur ce sujet
Une faute?

Une dizaine de collaborateurs d'un service des CFF accusent deux supérieurs de harcèlement, d'insultes et de menaces de licenciement. Selon la «Tribune de Genève», plusieurs de ces employés affectés au nettoyage des trains à la gare de Cornavin se trouvent en arrêt maladie. Le quotidien du bout du lac a notamment recueilli le témoignage d'un homme, actuellement hospitalisé, qui a fait une tentative de suicide. Les CFF ont ouvert une enquête interne. Réaffirmant qu'ils ne toléraient pas le mobbing, la discrimination et le harcèlement, ils ont refusé de s'exprimer plus avant sur ce processus pour des questions de protection des données.

Selon un témoignage écrit, signé par huit collaborateurs, les deux cadres auraient humilié leurs subalternes en public, les traitant d'«handicapés» ou de «sale race». Les salariés avec le plus d'ancienneté auraient été les plus visés, et ceux en arrêt maladie se seraient fait harceler téléphoniquement. D'après les dénonciateurs, les deux cadres avaient pris l'habitude de boire des verres durant les heures de travail avec un cercle de favoris, pendant que le reste du personnel trimait à leur place. L'avocate du collaborateur aujourd'hui hospitalisé, Me Sylvie Mathys, critique la manière dont les CFF mènent l'enquête interne. Selon elle, «à deux exceptions près», seuls des temporaires ou des proches des deux chefs ont jusqu'à présent été entendus.

(jef)