Inde

30 juillet 2014 11:16; Act: 30.07.2014 16:39 Print

Accusé d'activisme, un Genevois arrêté en Inde

par Marine Guillain - Un Suisse de 24 ans qui voyageait avec sa compagne est sous les verrous. Il est soupçonné de soutenir le Parti communiste du pays.

storybild

Le jeune homme est accusé d'avoir participé à un meeting maoïste. (Photo: dr)

Une faute?

La police du Kerala (sud-ouest de l'Inde) a arrêté un jeune homme vivant à Genève, lundi, a indiqué le «Times of India». Elle le suspecte d'avoir participé à une réunion de sympathisants maoïstes, le Parti communiste d’Inde, au Kerala. Ce parti est considéré comme un groupe rebelle terroriste par le Gouvernement indien. La loi interdit aux touristes de s'engager dans toute sorte d'action politique. Le Genevois de 24 ans venait de terminer ses études en sciences économiques et sociales. Il est arrivé en Inde le 1er juillet avec sa copine, pour des vacances de plusieurs semaines. La police a retrouvé des livres maoïstes dans leur chambre d'hôtel, révèlent plusieurs médias indiens, repris par «Le Matin».

«Nos officiers sont en train de le questionner, a indiqué le chef de la police du Kerala. Il a dit à mes hommes qu'il était intéressé par les pensées de gauche.» La réunion à laquelle aurait participé le jeune homme, dans le village de Valapad, consistait en un hommage en la mémoire de Thalikkulam Velekkad Sinoj, leader du Parti communiste. Ce militant révolutionnaire est mort il y a un mois dans une forêt, alors qu'il était en train de confectionner des bombes. Le Genevois aurait pris la parole durant la réunion et aurait chanté un chant communiste.

Contacté par «20 minuten», le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé «l’arrestation d’un ressortissant suisse en Inde» et a indiqué qu'il était «en contact avec les autorités indiennes compétentes». Impliqué politiquement, le jeune homme a fréquenté la jeunesse socialiste. Il a travaillé comme secrétaire permanent pour la CUAE, le syndicat des étudiants universitaires. Il a notamment manifesté contre la taxe étudiante à 1000 francs par mois, en avril 2013.