Genève

24 novembre 2019 20:25; Act: 24.11.2019 21:17 Print

Aéroport: les Genevois tirent le frein

par Maria Pineiro - L’initiative populaire en faveur d’un «pilotage démocratique de l’aéroport» a passé la rampe avec 56% de oui.

storybild

Le développement de l'aéroport doit être mieux encadré, a exigé le peuple dimanche. (Photo: Keystone/Dominic Favre)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je n’osais pas y croire», s’est exclamé dimanche Yvan Rochat. Le président de l’Association transfrontalière des communes riveraines de l’aéroport jubilait à l’annonce du résultat de la votation. Et pour cause: l’initiative «Pour un pilotage démocratique de l’aéroport» a été acceptée à 56,27%. Un score tranché qui détonne au vu des autres résultats du jour.

Pour la Coordination pour un aéroport respectueux de la population et de l’environnement (Carpe), à l’origine du texte, le message est clair. «L’infrastructure est importante, mais son développement ne doit pas se faire au détriment du territoire», a analysé Lisa Mazzone, sa présidente.

Marge de manœuvre

Serge Dal Busco, conseiller d’État chargé des Infrastructures, a assuré que l’Exécutif adhère à l’objectif de limiter les nuisances. «Nous n’avons pas attendu l’initiative pour signer une convention avec l’aéroport et discuter avec Berne.» Un projet de loi sera soumis au Grand conseil, assure-t-il. Et de rappeler que le cadre législatif est fédéral et la marge de manœuvre limitée. Pour Vincent Subilia, directeur de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève, ce résultat «ne permettra pas de trouver des solutions pragmatiques aux problèmes de nuisances et fait courir un risque de paralysie à l'aéroport».

Forts de ce succès, les initiants et leurs soutiens exigent désormais du Conseil d’État de revoir la Convention d’objectifs signée avec la plateforme, ainsi que le Plan sectoriel de la Confédération, afin d’infléchir le développement de Cointrin. «Les autorités ne peuvent pas rester sourdes au message des Genevois», a conclu Lisa Mazzone.