Genève

22 mai 2019 11:39; Act: 22.05.2019 18:14 Print

Affaire Maudet: les procureurs pas récusés

Revers judiciaire pour le Conseiller d'Etat genevois. La Chambre pénale a rejeté sa demande de récusation des procureurs qui enquêtent sur lui.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet vient de connaître un nouveau revers. La Chambre pénale du canton de Genève a en effet décidé de maintenir en place le procureur général Olivier Jornot, ainsi que les procureurs Stéphane Grodecki et Yves Bertossa, chargés de l'enquête qui concerne le magistrat PLR. Elle a rejeté le recours de ce dernier. Les avocats de Pierre Maudet confirment l'information publiée par «Le Temps»,

L'élu estimait qu'il pouvait y avoir un soupçon de partialité dans ce dossier, en raison de la transmission au Conseil d'Etat d'extraits de procès-verbaux, dans lesquels le magistrat a reconnu avoir eu un comportement indigne de sa fonction. Une thèse qui n'a donc pas été suivie par la Chambre pénale.

Une autre demande de Pierre Maudet d'annuler la transmission par le Ministère public de certains passages de son audition, à ses collègues du gouvernement, a également été rejetée.

Recours au Tribunal Fédéral? A voir

Défenseurs de Pierre Maudet, Mes Grégoire Mangeat et Fanny Margairaz soulignent qu’une récusation est toujours difficile à obtenir. Ils jugent cependant «décevante» la décision de la Chambre: «Qu’elle considère comme acceptable le fait de transmettre des déclarations couvertes par le huis clos et le secret de l’audience au Conseil d’Etat est non seulement très discutable au regard de la Justice et de ses principes, mais également contraire au droit, tant cantonal que fédéral».

Pierre Maudet et ses avocats ont la possibilité d’aller au Tribunal Fédéral. «Nous réfléchissons aux suites à donner au jugement de la Chambre, mais aucune décision n’a été prise pour le moment», précisent les défenseurs.

Il aura fallu quatre mois pour que la justice se prononce sur la demande du politicien, dans la tourmente depuis son voyage controversé à Abu Dhabi, en novembre 2015. La demande de récusation a provoqué un gel de l'enquête menée depuis le mois de septembre.

En janvier, le conseiller d'Etat, prévenu d'acceptation d'un avantage, a été privé de la majorité de ses prérogatives. Il dirige désormais le mini-département du Développement économique.

(dra/ats)