Ville de Genève

26 août 2013 07:45; Act: 26.08.2013 07:45 Print

Alder lance l'allocation rentrée des classes

La conseillère administrative veut aider les familles. Elle propose à des milliers d'entre elles un coup de pouce pour équiper leur enfant. Et elle tient à dépenser cet argent.

storybild

Esther Alder, conseillère administrative chargée du social en Ville de Genève. (Photo: Keystone)

Une faute?

Quatorze mille courriers traduit en dix langues, un numéro vert créé: Esther Alder, la conseillère administrative écologiste responsable du social est résolue à aider les foyers avec des écoliers à charge. Comme rapporté par le «Matin Dimanche», la Municipalité va verser aux familles, à chaque rentrée, 130 fr. par élève inscrit au primaire et 180 fr. par ado fréquentant le cycle. Seules conditions: résider en Ville de Genève et toucher le subside cantonal d’assurance maladie. Soit, grosso modo, gagner moins de 80’000 fr. par an.

«Soutenir la parentalité»

Selon les calculs de la Ville, quelque 6000 foyers seraient éligibles. «Nous pensons que la moitié d'entre eux demanderont cette allocation», prophétise Esther Alder. Elle souhaiterait cependant qu'ils soient bien plus à se manifester. «Il faut que les gens réalisent qu’ils ont droit à cet argent, martèle-t-elle. Avoir des enfants impacte fortement les budgets des ménages. Le nombre de jeunes baisse, celui des aînés augmente. Qui va payer? Vu que l’on n’encourage pas l’immigration, il faut soutenir la parentalité.»

Alder veut aider la classe moyenne

Et la Verte souhaite ratisser large, raison pour laquelle le seuil fixé pour pouvoir prétendre à cette manne est relativement élevé. «C'était ma volonté de toucher également un bout de la classe moyenne, qui souvent n'a droit à rien, alors que c'est elle qui participe le plus à l'effort collectif.»

Pour le PLR, le logement sinon rien

Les élus de droite, eux, restent sceptiques, sans se montrer carrément hostiles. Le conseiller municipal PLR Olivier Fiumelli juge ainsi que l'aide sociale individuelle est du ressort du canton. «Cela va donc créer un doublon et les gens ne vont rien y comprendre. A Genève, où les familles sont fiscalement très bien soutenues, une vraie politique familiale passe par un accès facilité au logement.»

«On crée ce qui n'était pas demandé»

Les représentants de l'UDC et du PDC s'étonnent tout deux que l'annonce arrive avant le budget. «On nous dit qu'il y a 900'000 francs à distribuer, je veux bien, mais alors cela signifie que l'on est serein, réagit le PDC Jean-Charles Lathion. En tout cas, l'argent doit aller aux familles qui en ont réellement besoin, car l’administration est en train de créer ce qui n’était pas demandé.»

«Tourner à Genève devient très difficile»

Eric Bertinat (UDC), lui, se déclare «assez favorable sur le fond. Pour les gens qui n'ont pas beaucoup de revenu, qui se situent en bas de la classe moyenne, tourner à Genève devient très difficile. Si le coût est raisonnable, pourquoi pas, mais malgré tout, je demande à voir le budget. A-t-on l'argent?»

(jef)