Genève

21 novembre 2019 22:07; Act: 21.11.2019 22:50 Print

Machines au lieu d'agents pour amender les voitures

par David Ramseyer - Des scanners mobiles pourraient verbaliser automatiquement ceux qui dépassent la limite de stationnement. Mais il faut changer la loi.

storybild

Genève est le seul canton à déjà employer des Scan Cars. Elles ont été mises en circulation en 2018. (Photo: Miguel Bueno)

Sur ce sujet
Une faute?

Aujourd'hui, un contractuel et son stylo; demain, une auto équipée de quatre appareils photos. Alors que les limites de temps des places de parcs sur la voie publique sont dépassées dans 60% des cas, l'Etat entend mieux faire respecter les règles de stationnement.

Dans sa convention d'objectifs avec la Fondation des parkings, dévoilée mercredi dernier, le Canton plaide pour l'emploi de Scan Cars. Pour l'heure, ces voitures lestées de caméras photographient les plaques minéralogiques des contrevenants et les signalent aux contractuels sur le terrain, qui sanctionnent. A l'avenir, ces engins et leurs scanners émettront automatiquement des amendes.

Changer la loi

«Mais il faut pour cela ajuster les bases légales, précise Gérard Widmer, directeur à l'Office genevois des transports. La Confédération a consulté les Cantons et le dossier est en traitement. Une nouvelle ordonnance fédérale pourrait être émise l'été prochain.» Quant à savoir si cela impliquera, à terme, une réduction de personnel qui contrôle le stationnement, impossible de le dire, selon l'Etat.

La dématérialisation des amendes va en effet prendre du temps, un à deux ans au minimum. «On sait que, techniquement, ce dispositif automatique fonctionne, relève Emmanuelle Merle, porte-parole de la Fondation des parkings. Mais il est encore bien trop tôt pour dire en détail comment il sera appliqué.»

Pas tous les feux au vert

Le système d'amendes délivrées par les Scan Cars est déjà exploité dans plusieurs villes européennes, comme Milan ou Madrid. En France, il a déclenché des polémiques. Des usagers ont notamment dénoncé les parkings souterrains qui ont profité du nouvel afflux de voitures pour fortement augmenter leurs tarifs.

Reste que pour le Touring Club Suisse, la mesure est positive. Elle permettra de lutter contre les voitures ventouses et d'accentuer le tournus sur les places de parc, de quoi favoriser l'accès aux commerces de proximité. Directeur de la section genevoise, Yves Gerber prévient tout de même: «Nous resterons attentifs à ce que le système garantisse la protection des données et préserve la sphère privée des automobilistes.»