Genève

10 juin 2014 21:32; Act: 11.06.2014 08:43 Print

Avec l’alcool, difficile de contrer le sexe sans capote

par Marine Guillain - Des acteurs de la prévention distribuent des boîtes de préservatifs aux jeunes, pour éviter les rapports à risque liés à l'alcool. Peu en font usage.

storybild

Les BlackBox sont distribuées dans des lieux divers et variés: bars, discothèques, noctambus, écoles, hôpitaux ou dans la rue. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«L’idée est bonne, mais elle n’aura sûrement pas d’impact sur ceux qui sont du genre à se foutre en l’air.» Mahaud, 19 ans, n’avait jamais entendu parler des BlackBox. Pourtant, plus de 30'000 boîtes ont été distribuées dans le canton depuis février 2012, a indiqué hier la Fédération genevoise pour la prévention de l’alcoolisme (FEGPA). Elle a lancé l’initiative pour réduire les rapports sexuels à risque liés à l’alcool. Des intervenants distribuent les boîtes noires avec deux préservatifs et un gel lubrifiant aux 14-25 ans: dans les écoles, les discothèques, les noctambus, les hôpitaux ou dans la rue.

Malgré les efforts, les comportements changent peu: un sondage réalisé il y a six mois auprès de 274 jeunes interrogés lors de soirées étudiantes montre que 62% ne prennent pas moins de risques depuis qu’ils ont reçu le kit. Plus de 18% ont eu des rapports non protégés en étant alcoolisés lors des trois derniers mois. Seuls 20% ont déclaré être plus prudents.

Les jeunes se disent néanmoins séduits par la BlackBox, son design attractif, et l’absence de ton «moralisateur». «On essaie de s’adapter à leur langage. On ne veut pas les empêcher de faire la fête, d’avoir du plaisir», insiste Geneviève Preti, du planning familial. Nos interlocuteurs estiment qu’une fiesta se prête tout à fait à cette démarche: «J’ai reçu la mienne à Nouvel-An, raconte Sophie, 24 ans. Je l’ai toujours dans mon sac. Elle m’a déjà servi!» Ricardo, 22 ans, n’a pas utilisé la sienne, obtenue à la Fête des Vendanges. Mais il sait qu’elle est là, «au cas où».