Genève

16 août 2018 21:39; Act: 16.08.2018 22:02 Print

Bâches de chantier pour promouvoir l’art en grand

par David Ramseyer - Un collectif veut présenter une nouvelle génération d’artistes en les exposant sur des bâtiments en travaux. Devenu réalité, le projet pourrait s’étendre.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«Nous nous baladions en ville et en regardant tous ces échafaudages, nous nous disions: qu'est-ce que c'est moche! On pourrait en faire quelques chose de beau», se souvient Didier Schwarz, fondateur du collectif d'artistes 1m83. Un an plus tard, sur un immeuble en rénovation du boulevard Helvétique, la laideur des tubulaires s'est effacée devant le visage souriant d'une fillette et la sérénité d'un vieillard barbu.

L'art de communiquer

Le collectif a convaincu propriétaire et gérant des lieux d'investir quelques dizaines de milliers de francs pour imprimer sur les bâches de chantier deux portraits de 10m sur 17m, réalisés par le Neuchâtelois Guillaume Perret, lauréat du dernier Swiss Press Photo. Les clichés monumentaux, dévoilés ce jeudi, resteront exposés jusqu'au 31 janvier prochain.

«Notre objectif est de promouvoir le travail de nouveaux artistes locaux, mais aussi de minimiser l'impact visuel des immeubles en travaux, explique Didier Schwarz. Cela permet aussi aux régies et aux propriétaires de communiquer sur leurs réalisations, tout en soutenant la culture». Contactée par le collectif, la société Pilet & Renaud a ainsi sauté sur l'occasion. «Nous avons été immédiatement séduits, avoue sa porte-parole, Evelyne Lozeron. Nous voulions être les premiers à prendre part à cette opération. Et oui, cela nous permet aussi de mettre en valeur les bâtiments que nous gérons.»

Tout public

Choisi par le collectif et ses sponsors sur un coup de coeur, le photographe Guillaume Perret est évidemment enchanté: «Pouvoir montrer mon travail de manière si originale, sur un support atypique tout en touchant un public très large, c'est évidemment enthousiasmant!» Les futurs artistes exposés, qu'ils soient photographes, peintres, graffeurs, designers ou même sculpteurs - toute photo ou tout dessin qui peut être imprimé sur une bâche perforée est envisageable - seront sélectionnés au travers du réseau du collectif, ou via son site.

Premier du genre, le projet genevois pourrait en effet bien en appeler d’autres. Ses auteurs sont en discussion avec des partenaires, au bout du lac mais aussi à Lausanne. Ils ambitionnent d’étendre les expositions à tout le pays, voire au-delà. «Il faut dénicher des bâtiments qui se prêtent à pareille opération. La surface doit être suffisamment grande, le bâtiment avoir une belle exposition et qu'il y ait du passage». Pour Didier Schwarz et ses acolytes, ces clichés géants offrent ainsi aux gens «un moment de contemplation dans des villes où règne la frénésie».

En vidéo, le montage des clichés géants (crédit: Staprod)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nul le 16.08.2018 22:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bobo

    Lart ? Tout le monde sen fou ! Les artistes incompris qui se croient « artiste » alors quils vivent sur le dos de létat !! Au feu les croûtes !

  • Trump le 16.08.2018 22:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça

    c'est de l'art ?

  • OM le 16.08.2018 22:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Facture

    Quelques dizaines de milliers de francs pour ça... et ce sont les locataires qui vont indirectement payer la facture...

Les derniers commentaires

  • Diego Ramadona le 19.08.2018 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inutile

    Encore un truc inutile qui va nous coûter du fric pour payer des pseudos artistes.

  • Lorette Lavardain le 18.08.2018 21:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Contribuable qui paye sûrement

    Cest sûrement encore le contribuable qui paye pour ses âneries. Encore de largent dilapidé, pour rien.

  • Calvin Grad le 17.08.2018 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Boboïsme

    Lart... A Genève, ça ressemble à un terrain vague avec toutes sortes dobjets jetés ici et là, culture « bobo », cest juste une expression de petits bourgeois bohèmes assistés et qui nourrit les discours politico-médiatiques de la gauche bien ou mal pensante!

    • Amélie le 17.08.2018 18:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Calvin Grad

      bonjour les clichés !

  • Michel le 17.08.2018 16:18 Report dénoncer ce commentaire

    Bof...

    Personnellement je n'aime pas (C'est dit). Je pense que les gens d'aujourd'hui auraient plus besoin par exemple d'une planche de bd d'un grand dessinateur, d'un verset biblique (Même si pas tout le monde est croyant, ça permet de faire réfléchir) ou bien quelque chose qui fasse rire. Mais bon chacun pense ce qu'il pense.

    • Michel le 20.08.2018 22:21 Report dénoncer ce commentaire

      Haters

      Que celui qui est contre mon opinion me dise pourquoi

  • Mendrisiotto le 17.08.2018 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouais

    Tant que le drapeau du syndicat Unia ne figure pas ?????

    • BleuPomme le 17.08.2018 12:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mendrisiotto

      Ou celui du Tessin.

    • un Tessinois presque parfait le 17.08.2018 16:28 Report dénoncer ce commentaire

      lasciatemi cantare...

      Avec mon dialecte de la botte italienne et avec mon accent de Toto Cutugno, tu peux me prendre en photo "con due mani" avec notre Monica Bellucci "both and together". L'expression "both" (oder "beide") existe dans toutes les langues, sauf si ta présence ne cache pas notre belle langue genevoise.