Université de Genève

27 septembre 2019 09:28; Act: 27.09.2019 17:06 Print

Bibliothèque plus écolo: un vaste chantier a débuté

par David Ramseyer - La pose d'un éclairage moins énergivore durera un an à Uni-Mail; d'autres sites de l'alma mater suivront. Celle-ci entend limiter les nuisances.

storybild

Les travaux à proprement dit n'ont pas encore débuté, mais la zone est déjà fermée au public. Seuls les personnes autorisées, équipées d'un casque de protection, peuvent y venir chercher les ouvrages demandés par les étudiants. (Photo: dra)

Une faute?

L'économie prévue équivaudra à la consommation électrique de 155 ménages de quatre personnes, pendant un an. Un grand chantier vient de s'ouvrir à la bibliothèque d'Uni-Mail. D'ici le 4 décembre 2020, l'intégralité des éclairages actuels seront remplacés par des leds, bien moins voraces en énergie.

«Cette démarche s’inscrit dans notre politique de développement durable, qui comporte d’autres volets, comme la réduction de 50% des émissions carbone liées aux déplacements aériens de nos collaborateurs, à l’horizon 2030», souligne Claire Grange, du service de communication de l'Université de Genève. Plusieurs autres bibliothèques - aux Bastions ou encore à l’ancienne école de médecine - seront également équipées à terme.

Les travaux à Uni-Mail s'effectueront en trois phases, pour ne pas empiéter sur les périodes d'examens. Les secteurs des sciences de l'éducation et de la psychologie, ainsi que l’espace audio-visuel sont ainsi fermés depuis quelques jours. Un souci pour les 700 étudiants, en moyenne, qui occupent chaque jour à la bibliothèque - et jusqu'à 1200, à l'approche des épreuves? Non, rassure l'alma mater.

Place de travail à compenser

Les prêts et les consultations sont toujours possibles. Les principaux ouvrages de référence ont ainsi été déplacés et restent en libre accès. Pour les autres, il faut un peu patienter, mais c'est là l'unique inconvénient, assure Aurélie Vieux, chargée de communication de la bibliothèque: «Si l'on souhaite un livre conservé dans une zone en chantier, où seul le personnel des lieux est autorisé à entrer, il y a un délai d'attente de trente minutes».

Cela dit, les travaux ont supprimés des places de travail pour les étudiants. «Nous les avons compensées en ajoutant des tables ailleurs dans la bibliothèque, dans des salles annexes ou encore dans les coursives d'Uni-Mail, liste Claire Grange. Les travaux ne nous empêcheront donc pas de répondre aux besoins.»