Genève

15 décembre 2019 20:33; Act: 16.12.2019 06:44 Print

Boudées en 2018, les salles retrouvent le sourire

par Léonard Boissonnas - Après une année 2018 difficile en raison d'un manque de gros films, du foot et de la météo, les cinémas genevois ont à nouveau attiré en 2019.

storybild

Les spectateurs ont retrouvé le chemin des salles obscures cette année. (Photo: Keystone/Gaetan Bally)

Sur ce sujet
Une faute?

Près de 150'000 spectateurs en moins en un an dans les cinémas genevois. En 2018, les salles du bout du lac ont connu une baisse de fréquentation de 11% par rapport à l'année précédente, comme le rapportait mercredi l'office cantonal de la statistique (OCSTAT), avec 1'247'094 entrées payantes contre 1'394'498 de spectateurs en 2017. Pour les exploitants de multiplexes ou de cinémas indépendants, ces chiffres ne sont pas surprenants ni alarmants. Ils confirment un cru morose pour les salles, en Suisse et dans le reste du monde. «L'année 2018 a effectivement été très mauvaise», indique Laurent Dutoit, programmateur des Scala, City et Nord-Sud. Comme Nina Doetzkies, porte-parole du groupe Pathé pour la Suisse, il explique que la conjoncture n'était pas bonne: une météo très ensoleillée, le Mondial de foot et une offre insuffisante en termes de films porteurs.

Près de deux millions en moins en Suisse

Les chiffres au niveau suisse sont d'ailleurs éloquents: les entrées s'élevaient à 13,5 millions en 2017 contre 11,7 millions l’année suivante, selon l'office fédéral de la statistique. Le secteur explique qu'il est soumis à des fluctuations, d'année en année: «On reste dépendant de la qualité des films et de leur impact», souligne Laurent Dutoit. Les résultats 2019 s'annoncent largement meilleurs, que ce soit pour le cinéma d'auteur ou les blockbusters: «Le box-office en Suisse romande est remonté de 9%, et de 7% pour l'ensemble de la Suisse, à fin novembre», relate-t-il. Du côté des grosses productions, le dernier chapitre des Avengers, «Endgame», «Joker», ou «Le Roi Lion» ont drainé les foules dans les salles obscures, tandis que, concernant le cinéma d'auteur, le public a plébiscité la Palme d'or «Parasite», «Green Book» ou le dernier Polanski, «J'accuse». «Avec «Green Book», nous avons fait 11'000 entrées à Genève par exemple, alors qu'en 2018, le film qui a le mieux marché dans nos salles était «Three Billboards», qui a comptabilisé 8'000 entrées», poursuit le programmateur.

Une mort souvent annoncée, jamais venue

Si, en 2002, les salles genevoises, alors plus nombreuses, avaient attiré près d'un million de spectateurs supplémentaires (2,16 millions, selon l'OCSTAT, soit le meilleur score depuis 25 ans) et qu'entre-temps, les services de streaming ont débarqué, les exploitants restent confiants: «Je suis dans le domaine depuis 1978 et on parlait déjà de crise du cinéma à l'époque avec la télévision et l'arrivée de la vidéo», relativise Didier Zuchuat, administrateur du Ciné 17 et du Cinérama Empire, qui va ouvrir six salles à Confédération Centre en 2021. Il annonce des résultats en hausse constante et les attribue notamment à l'emplacement de ses cinémas, au centre-ville, et à leur équipement, dont un grand écran, loin d'un format «timbre-poste»: «Les salles restent l'écrin qui permet de mettre en valeur les films, affirme-t-il. Le streaming amène au contraire les gens au cinéma: ils voient finalement davantage d'images actuellement et constatent qu'il y a des films intéressants et que les séries produites sont de qualité. Nous diffusons des productions Netflix, les gens viennent quand même.»

«Par rapport aux plateformes, nous sommes complémentaires, estime également Nicolas Cumin, directeur de Pathé Genève. Aller au cinéma, c'est un loisir, on y va avec des amis, ce n'est pas la même expérience qu'à la maison. Depuis l'arrivée du streaming, on constate plutôt un changement d'attitude chez les clients. Ils sollicitent davantage la version originale. A Balexert, il y a encore quelques années, nous ne diffusions quasiment que des films doublés en français. Aujourd'hui, la moitié est en v.o. Par ailleurs, cela nous pousse à être encore meilleurs en termes d'accueil et d'environnement pour nos clients. Nous proposons aussi des contenus alternatifs, avec des retransmissions de spectacles humoristiques ou d'opéras. Cela marche bien.»

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pipo le 15.12.2019 21:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pathé l'arnaque !!!!!

    Pathé est une grosse arnaque 19francs 60 la place de ciné de plus si tu va en famille c est minimum 100 francs 2 adulte et 2 enfant !!!! Une honte !!!!!!

  • oui oui le 15.12.2019 21:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais oui

    C'est surtout à cause du prix EXORBITANT de Pathe! (alias terrine!)

  • Jerome Fulmat le 15.12.2019 21:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive les cinémas indépendants

    Sympa les cinémas indépendants. Le billet est moins cher que chez Pathé où l'on doit se taper plus de 20 minutes de pub

Les derniers commentaires

  • Jaune Waynne le 16.12.2019 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre Bizarre vous avez dit Bizarre

    Grand fan du cinéma qui m'a conquis depuis mon enfance; j'ai connu les séances du jeudi et du samedi à 1fr. puis 1,50 et après 2fr et 5fr, puis la machine c'est emballée et 20 fr maintenant . Alors depuis des années je n'y vais plus avec regrets . Belles bandes de voleurs qui ont copié leurs films .

  • JP Romand le 16.12.2019 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    Non merci.

    A presque 20.-- la place pour avoir à côté de soi un(e) qui tapote sur son portable ou d'autres qui bouffent comme des morfales, je préfère rester à la maison.

    • My God le 16.12.2019 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @JP Romand

      C'est vrai que la débilisation sociétale prend une ampleur qui peut à juste titre refroidir les sains d'esprit.

  • Baloo Laloo le 16.12.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    Crétinisation onéreuse

    À Genève nous avons la chance d'avoir des salles qui s'abstiennent de nous passer des niaiseries à la sauce ricane. Je ne supporte plus ces films où à peine sorti de la salle le souvenir s'estompe ou que l'on confond avec le film précédent. Heureusement les festivals, Black Movie, Filmar relèvent le niveau.. 27.- pour voir merdeman ou alors 11.- au Grütli pour un film génial, il n'y pas photo

    • Baloo Laloo le 16.12.2019 10:37 Report dénoncer ce commentaire

      Bien mieux Star Wars XXXXXXIIII

      Le festival Caramelo y limon a lieu chaque année depuis 4 ou 5 ans, il est mis sur pieds par des universitaires passionnés, propose des films en V.O espagnol. Film récents ou moins mais de qualité et qui a comme avantage d'être gratuit, enfin prix au chapeau.... Et ceci n'est qu'un exemple des possibilités de voir autre chose que du cinéma pour bovins...

  • Lionel le 16.12.2019 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cinéma ??

    Salle de cinéma ? Vous voulez plutôt dire salle de pic-nic ! Sans parler du coullion qui comprend rien et qui ce fait expliquer les scènes Et pourtant j'aime voire un bon film sur grand écran !

  • Jean Piaf le 16.12.2019 08:07 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour le titre !

    20 minutes, l'endroit où l'on apprend enfin que les salles ont un sourire qu'elles peuvent perdre et retrouver. On devrait en profiter pour leur brosser les dents ! :-)