Genève

28 juillet 2018 20:02; Act: 28.07.2018 21:39 Print

Braquage du bureau de change situé à la frontière

par Jérôme Faas - Deux individus s'en sont pris au commerce aux alentours de 19 heures. Ils sont toujours en fuite.

Voir le diaporama en grand »

Le change de Thônex braqué se trouve à la douane de Moillesulaz..

Une faute?

Deux malfrats ont braqué le bureau de change de Thônex, situé côté suisse à la douane de Moillesulaz. Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise, confirme les faits. Les deux individus, dont on ignore pour l'heure s'ils étaient armés, sont parvenus à quitter les lieux avec un butin d'un montant indéterminé. Ils sont partis sur France avec un scooter.

Selon un voisin, qui n'a pas vu le braquage lui-même mais a entendu les sirènes peu après, la douane a été fermée dans les deux sens dans un premier temps. A 20 heures, il indiquait qu'elle était toujours fermée à la circulation dans le sens de l'entrée en France, mais avait rouvert dans l'autre sens. «Et quatre ou cinq patrouilles de police sont toujours sur les lieux», ajoutait-il.

Il paraît hautement vraisemblable que les malfaiteurs aient chuté dès les premiers mètres de leur fuite. A 20h30, à quelques mètres du bureau de change, gisait au sol un scooter autour duquel s'affairaient des inspecteurs de la police judiciaire et des policiers en uniforme.

La gérante du bureau de change, dont les stores en métal avait été baissés, indiquait ne pas avoir été présente au moment des faits et ne pas connaître leur déroulé exact. C'est son employée, déjà emmenée par la police pour être interrogée, qui se trouvait sur les lieux à 19 heures. «Elle n'a pas été blessée», déclare-t-elle. Elle explique par ailleurs subir en moyenne un braquage par année. «Auparavant, c'était surtout des cambriolages, mais ceux-ci ont cessé depuis que nous avons installé les rideaux en fer.»

L'alarme transfrontalière a été déclenchée. Pour l'heure, aucune interpellation n'est survenue. Le trafic a été rétabli dans les deux sens à 21 heures, alors que les inspecteurs s'apprêtaient à procéder aux relevés d'empreintes dans le commerce.