Genève

29 juin 2019 07:23; Act: 29.06.2019 07:26 Print

Maudet au club des jeunes rentiers de la politique

par David Ramseyer/Jérôme Faas - Malgré le scandale et son jeune âge, le conseiller d'Etat a droit à une rente à vie, dès maintenant. En Suisse, d'autres cas ont frappé les esprits.

Voir le diaporama en grand »
Élu en 2012, le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet (PLR) est toujours en fonction. Il a 41 ans. A Genève, les membres du gouvernement cantonal ont droit à une rente à vie s'ils ont accompli au moins sept ans de mandat. S'ils s'en vont avant, ils touchent une indemnité de départ. Élu en 2013, le conseiller d'Etat valaisan Oskar Freysinger (UDC) a quitté ses fonctions en 2017, à l'âge de 56 ans. Il touche une rente à vie de 77'000 francs annuels. Mais la loi valaisanne a changé en 2015. Depuis lors, les conseillers d'Etat sont soumis au système ordinaire appliqués à tous les employés du Canton. Élu en 2002, le conseiller d'Etat vaudois Pierre Chiffelle (PS) a quitté ses fonctions en 2004, à l'âge de 47 ans. Depuis, il touche quelque 10'000 fr. par mois. Dans le canton de Vaud, les membres de l'Exécutif ont droit à une pension à vie lorsque ils doivent démissionner pour raison de santé (: cela a été le cas de Pierre Chiffelle), s'ils ne sont pas réélus mais ont exercé leur charge pendant cinq ans au moins, ou s'ils démissionnent après dix ans au moins. En 2007, le régime légal vaudois a été modifié. Un départ dû à un problème de santé n'induit plus automatiquement une pension à vie, sans modification au fil des années. Aujourd'hui, la rente est fixée au cas par cas et peut être sujette à révision. Élu en 2013, le conseiller d'Etat neuchâtelois Yvan Perrin (UDC) a quitté ses fonctions en 2014, à l'âge de 48 ans. Il ne touche pas de rente à vie. Pour y prétendre, à Neuchâtel, un magistrat doit avoir accompli au moins quatre ans de mandat et avoir 50 ans révolus. Le système d'octroi des rentes a été modifié et durci en 2011. Élue en 2006, la conseillère fédérale Doris Leuthard (PDC) a quitté ses fonctions en 2018, à l'âge de 55 ans. Comme tous les anciens membres de l'Éxécutif fédéral, elle perçoit une rente équivalant à la moitié de son traitement annuel d'élue. Cette rente atteint 226'000 francs par an. La démocrate-chrétienne a défrayé la chronique en acceptant juste après sa démission de siéger aux conseils d'administration de la Coop et de Bell, des mandats qui devraient lui rapporter chacun 100'000 francs par an. L'addition de la rente et du salaire d'un ancien conseiller fédéral ne peut excéder le salaire qu'il percevait en tant qu'élu. Élue en 1999, la conseillère fédérale Ruth Metzler (PDC), a quitté ses fonctions en 2003, à l'âge de 39 ans. Elle est au bénéfice d'une rente à vie, aux mêmes conditions que Doris Leuthard (). Selon le journal «La Liberté», elle semblerait y avoir renoncé. L'information n'est pas confirmée par la chancellerie fédérale, qui se refuse à donner des précisions sur des cas particuliers. Élu en 2012, le conseiller administratif de la Ville de Genève Guillaume Barazzone (PDC) est toujours en fonction. Il a annoncé qu'il ne se représenterait pas en 2020. Il aura alors 38 ans et sera éligible à une rente à vie. En Ville de Genève, celle-ci n'est possible que si l'élu a accompli au moins 4 ans de mandat. Par ailleurs, s'il souhaite toucher sa rente avant 60 ans, celle-ci sera alors réduite, en fonction de l'âge auquel le magistrat quitte l'Éxécutif. Il peut aussi, à la place d'une rente à vie, demander à retirer son capital d'un coup. Ce fut l'option choisie par Pierre Maudet, lorsqu'il a démissionné du Conseil administratif de la Ville, en 2012.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est fait: depuis ce samedi, Pierre Maudet est éligible à une retraite à vie. Prévenu d'acceptation d'un avantage et dépouillé de la plupart de ses prérogatives, le conseiller d'Etat PLR élu en 2012 aura droit, une fois son mandat achevé, à une pension de plus de 7400 francs par mois.

Beaucoup se sont émus d'un tel traitement, accusant le magistrat de s'être accroché à son poste pour toucher le pactole - ce que Pierre Maudet a toujours contesté - et ce, malgré les nombreux appels à la démission, y compris dans son propre camp. Certains se disent aussi choqués que le conseiller d'Etat soit aujourd'hui potentiellement rentier, alors qu'il est très loin de l'âge de la retraite et peut prétendre à de nombreuses années de vie active. Pierre Maudet a en effet 41 ans.

Pourtant, le Genevois n'est pas un cas isolé. Depuis le début des années 2000, la Suisse a compté plusieurs célèbres jeunes retraités de la politique au plus haut niveau, partis avec une rente à vie en poche. Il n'existe cependant pas de système unifié en matière de retraite pour les membres d'un Éxécutif. Les règles diffèrent beaucoup entre cantons. Par ailleurs, les montants fluctuent souvent en fonction du nombre d'années passées au sein du gouvernement, ainsi que de l'âge des élus au moment où ils quittent le pouvoir (cf diaporama).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lehcim le 29.06.2019 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    Va te cacher tout petit monsieur

    Si M. Maudet avait le moindre sens de l'honneur, il aurait depuis longtemps démissionné mais comme il en est totalement dépourvu, il pourrait cependant au moins avoir la décence de renoncer à cette rente à vie. C'est vraiment à se demander comment il ose encore non seulement siéger au gouvernement mais surtout simplement sortir dans la rue. Une telle arrogance mérite le mépris dans le regard de tous les genevois qu'il croisera dorénavant.

  • MarieL. le 29.06.2019 07:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non

    la rente de la honte!

  • Contribuable le 29.06.2019 07:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la classe

    L'élégance-ce dont M. Maudet n'est pas coutumier voudrait qu'il renonce à sa rente...

Les derniers commentaires

  • Fantômette Genevoise le 02.07.2019 22:31 Report dénoncer ce commentaire

    Dehors

    Il semblerait que Maudet prétend vouloir rester vissé à son siège pour abolir la rente à vie des élus et autres privilèges surannés, Non merci. Le peuple souverain na pas besoin dun usurpateur de pouvoir, piètre politicien et mauvais stratège, pour faire le ménage chez les élus dont le seul pouvoir est celui de haute nuisance. Dehors!

    • Paul le 03.07.2019 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      Triste individu

      C'est surtout qu'il commence a avoir peur de l'initiative visant à le priver de sa rente à vie. Alors il tente de brouiller les choses. Triste individu.

  • PAUVRES MOUTONS le 02.07.2019 18:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La corruption totale .

    Je ne veux pas commenter . Si je commente on viendrait me chercher pour me juger et prison .

  • Fantômette Genevoise le 01.07.2019 17:06 Report dénoncer ce commentaire

    Fini de verser les impôts / boycott

    Vu à quoi servent nos impôts à Genève, je stoppe net de verser mes impôts ; ces derniers seront consignés sur un compte bancaire. Jusqu'au jour où le Conseil d'Etat et la Justice auront été audités, avec émission d'un rapport transparent et rendu public. Que font-ils de leurs journées et des deniers des contribuables ? Les citoyens lambda ne veulent plus entendre de balivernes et de sornettes pitoyables, être laminés financièrement, méprisés et muselés.

  • Andromède le 01.07.2019 07:48 Report dénoncer ce commentaire

    Caste supérieure?

    Etonnant le PLR critique toujours avec virulence l'Etat et ces employés, mais ces candidats profitent largement des deniers publiques...

  • Pierre Mauvet le 01.07.2019 06:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu'est-ce qu'on attend ?

    Que fait la justice ? Ou en sont les enquêtes ? Qu'attend le Grand Conseil pour abroger ces privilèges d'un autre temps ?