Genève Aéroport

19 septembre 2019 11:49; Act: 19.09.2019 16:11 Print

Contrat résilié sur fond de corruption présumée

L'aéroport a mis fin au contrat avec l'entreprise externe qui formait ses agents de sûreté. Celle-ci est liée au scandale de corruption qui secoue l'institution.

storybild

(Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Le contrat de la société qui assurait la formation des agents de sûreté pour Genève Aéroport a été résilié pour la fin de l'année. Le responsable de cette entreprise est prévenu de corruption passive et active ainsi que de gestion déloyale.

«La résiliation du contrat a été accélérée suite à l'arrestation de son dirigeant, mais nous avions entamé une analyse du bien-fondé de la sous-traitance de cette formation il y a plusieurs mois et l'avons finalisée», indique jeudi Madeleine Von Holzen, porte-parole de Genève Aéroport. Elle confirmait une information de la «Tribune de Genève».

«L'internalisation de cette formation s'impose désormais comme la meilleure manière de procéder», souligne la porte-parole. Conséquence de cette résiliation: quelques formations ont dû être annulées. Elles concernent 22 personnes, ce qui représente 2,5% des effectifs de la sûreté. Cette situation ne pose aucun problème de sécurité, assure Genève Aéroport.

Autres mesures

L'affaire de corruption au sein de Genève Aéroport a éclaté en mai dernier avec l'arrestation du chef de la sûreté de Genève Aéroport et du responsable de la société ayant obtenu des mandats sur plate-forme. Prévenus de corruption passive et active ainsi que de gestion déloyale, les deux hommes ont depuis été libérés.

Ces interpellations avaient eu lieu peu avant la publication d'un rapport de la Cour des comptes qui pointait de nombreux dysfonctionnements lors d'une procédure d'adjudication visant les services de sûreté de l'aéroport. Une troisième personne a également été mise en prévention dans cette affaire. Il s'agit de l'adjoint du chef de la sûreté.

D'autres mesures ont été prises ou sont en préparation depuis mai, précise Genève Aéroport. Mais elles seront d'abord communiquées à la Cour des comptes. L'enquête du Ministère public est toujours en cours.

(dra)