Genève

16 février 2020 22:52; Act: 17.02.2020 06:57 Print

Couches-culottes lavables: bientôt la norme aux HUG?

par Lucie Fehlbaum - Le MCG voudrait que la maternité de l'hôpital troque langes jetables contre une version réutilisable. La gauche s'abstient pour le moment.

storybild

Pour les HUG, la mesure serait compliquée et coûteuse. (Photo: iStock )

Une faute?

«C'est dommage, ces réticences. Mes collègues n'ont pas laissé une chance à l'idée de s'installer», déplore la députée Ana Roch. L'idée, c'est celle de couches-culottes lavables. L'élue du Mouvement Citoyens Genevois (MCG) aimerait en démocratiser l'usage et demandait, via une motion, que soit examinée la possibilité pour les Hôpitaux universitaires genevois (HUG) de s'en servir à la maternité, plutôt que des pampers jetables. Bien que de prime abord cracra, l'objet est écologique en plus de coûter moins cher (lire encadré). Pourtant, ni les Verts ni l'hôpital n'ont suivi la politicienne, dont le texte a été refusé en commission par 7 non, 6 abstentions et 2 oui.

«Ils ne se sont pas mouillés à cause du coût nécessaire au changement de système. Mais c'est ainsi pour chaque réforme, regrette Ana Roch. J'ai découvert les couches lavables en regardant un reportage sur un hôpital français qui les utilise. Ils collaboraient avec une entreprise pour gérer les langes, employant au passage des gens en rupture professionnelle.»

En commission parlementaire, les Verts, d'abord tentés, se sont finalement abstenus de voter le projet, à l'instar des autres partis de l'Alternative. «On aimerait mettre fin au plastique à usage unique au niveau de l'Etat, les couches lavables vont dans le même sens, affirme pourtant Marjorie de Chastonay, députée écologiste. Elles ne doivent pas rester un privilège de bobo aisés, c’est à la fois économique et écologique.» Son parti voulait intégrer un volet sensibilisation et «mettre à dispo des parents des espaces de collectes plus importants pour faciliter l'usage en dehors de l'hôpital» (lire encadré). Le MCG n’ayant pas retenu cet aspect, les députés de gauche n’ont pas approuvé.

Du côté des HUG, on se montre plus circonspect. En rappelant d'abord que la Maternité et la pédiatrie ne consomment que 40% des 900'000 couches achetées par an, les autres étant destinées aux seniors. Et que les 11 tailles de langes différentes devront être stockées. «Nous sommes ouverts à étudier cette proposition, mais sa mise en œuvre impliquerait de trouver des solutions à plusieurs défis, explique Nicolas de Saussure, porte-parole des HUG. Notamment, du personnel en plus serait nécessaire pour collecter, laver et traiter les couches.» Pour laver six tonnes de langes par semaine, les HUG devraient se doter de machines supplémentaires. Il faudrait également mettre au point «des solutions de désinfection et de nettoyage pour compenser le risque de transmission de germe.» Ce dernier point n'est pas rédhibitoire pour Marjorie de Chastonay. «On partage déjà les draps et les chemises de nuit de patients qui ont vomi ou fait dans leurs lits. Ils sont très bien désinfectés.»

Le Grand Conseil genevois doit encore se prononcer. À Lausanne, le CHUV utilise des langes jetables.