Genève

24 septembre 2018 14:38; Act: 24.09.2018 16:55 Print

Coup d'accélérateur pour la mobilité douce en ville

par Maria Pineiro - Après quatre mois de réflexion, Serge Dal Busco, le patron des transports, a livré sa vision pour «une agglomération du XXIe siècle».

Sur ce sujet
Une faute?

«Le libre choix du mode de transport, ce n'est pas prendre n'importe quoi pour aller n'importe où à n'importe quelle heure de la journée», a affirmé ce lundi Serge Dal Busco, conseiller d'Etat chargé des infrastructures (DI), lors de la présentation de la politique des transports de la législature. Le magistrat entend faire entrer le canton de Genève dans l'ère de la mobilité du XXIe siècle. «Il n'y a pas de raison pour que ce que nous admirons lorsque nous visitons les grandes métropoles européennes ne soit pas appliqué ici.» Il en va de «l'attractivité de notre région et de notre qualité de vie», a-t-il ajouté.

Changer de paradigme

Concrètement, Serge Dal Busco veut mettre en oeuvre la loi sur la mobilité cohérente dans les plus brefs délais. Le texte consacre la priorité absolue des transports publics et de la mobilité douce dans l'hyper centre. Il s'agira également de permettre aux entreprises de bénéficier de plus de fluidité sur la route.

Pour ce faire, le département souhaite notamment rendre moins attractif le stationnement en ville afin de diminuer le nombre de travailleurs qui s'y rendent en voiture tous les jours. Le contrôle du stationnement sera accru et les entreprises privées seront incitées à limiter le nombre de places de parking offertes à leurs employés. A contrario, les places de stationnement à destination des vélos et des deux-roues motorisés seront augmentées en ville.

Désengorger le centre-ville se fera en parallèle de meilleures infrastructures à destination des vélos et des transports publics renforcés et efficaces, qui «ne se retrouveront plus coincés dans les bouchons», a insisté Serge Dal Busco.

Favoriser le report modal

La mise en service du Léman express fin 2019 sera la colonne vertébrale de la mobilité de la région genevoise. Les autorités préparent actuellement un plan d'action afin de favoriser le report modal du trafic motorisé vers les transports publics: les bus permettront de rabattre les usagers vers les gares, des P+R seront mis en service à proximité des arrêts du Léman express, ainsi que des places de stationnement pour les vélos.

De plus, le réseau sera étoffé et étendu, notamment en France voisine. Nouvelles lignes de tram, bus à haut niveau de service, l'Etat entend bien faire en sorte que les pendulaires laissent leur voiture loin du centre. En parallèle, plusieurs projets de nouvelles infrastructures routières seront menés à bien dans le but de permettre au trafic motorisé de desservir de nouveaux quartiers périphériques et de contourner le centre-ville.

L'articulation entre ces deux axes: mobilité douce au centre et nouvelles routes en périphérie n'est pas négociable, a insisté Serge Dal Busco. Au total, ce sont 1,5 milliard de francs qui vont être investis dans les infrastructures des transports d'ici à 2023.