Genève

12 février 2011 09:38; Act: 12.02.2011 09:39 Print

Coup de pouce aux familles les plus démunies

Les familles qui n'arrivent pas à s'en sortir malgré le fait qu'un des deux parents travaille seront mieux soutenues à Genève.

Une faute?

Le Grand Conseil a accepté vendredi soir un projet de loi qui accorde des prestations complémentaires à ces «working poors».

Tous les partis, sauf l'UDC qui craint le tourisme social et s'oppose à l'entretien étatique des foyers, ont salué ce projet de loi proposé par le Conseil d'Etat. La droite a salué une valorisation du travail alors que la gauche s'est réjouie de l'instauration de ce filet social.

Environ 1700 familles sont concernées, a rappelé le chef du Département de la solidarité et de l'emploi (DSE) François Longchamp. Actuellement, ces familles sont envoyées à l'aide sociale. Cette loi moderne permet d'affronter la plus grande urgence sociale, a relevé M.Longchamp.

Le mécanisme prévu vise à éviter les effets de seuil afin de ne pas pénaliser les personnes qui travaillent. Parmi les nouveautés introduites se trouve notamment une prise en charge des frais de garde effectif pour les enfants de moins de 13 ans.

Le projet de loi est facilement passé par 67 voix contre 11 et 12 abstentions. «Ce vote place le canton de Genève face à une nouvelle réalité, celle d'aider de manière ciblée les gens qui en ont besoin», a souligné le conseiller d'Etat radical. Selon lui, seuls les cantons du Tessin et de Soleure ont une législation similaire.

(ats)