Genève

14 décembre 2017 22:53; Act: 14.12.2017 23:02 Print

Courte majorité pour un budget déficitaire

Le Grand Conseil genevois a entamé jeudi ses débats sur le projet de budget 2018 de l'Etat.

storybild

Une vue du Grand Conseil genevois. (Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Grand Conseil genevois a commencé jeudi ses débats sur le projet de budget 2018 de l'Etat en acceptant de verser une annuité pleine aux fonctionnaires. Une courte majorité hétéroclite devrait voter au final ce budget qui affiche un déficit d'environ 186 millions de francs.

L'entrée en matière a été acceptée par 61 voix contre 33 (PLR et UDC). Pour la majorité, il s'agissait principalement de ne pas répéter le scénario de fin 2015 qui avait poussé le canton dans les douzièmes provisoires pendant une année.

Mais aucun groupe n'était satisfait du projet 2018. A gauche, les Verts et les socialistes ont déploré le manque de réflexion sur des recettes supplémentaires. De même qu'Ensemble à Gauche, qui a aussi critiqué les nombreuses coupes prévues.

A droite, l'UDC a fustigé un budget de «démesure». Le PLR s'en est pris à la «politique d'assistanat» du canton alors que le MCG a dénoncé «l'excès de générosité» envers les frontaliers et les autres cantons. De son côté, le PDC a souligné que ce budget n'était pas un budget d'austérité, contrairement à ce qu'affirme la gauche.

A la limite

Le budget sorti de commission prévoit 183 postes supplémentaires, dont une grande partie pour le département de l'instruction publique. Les charges s'élèvent à 8,34 milliards de francs et les revenus à 8,15 milliards. Les investissements nets atteignent 726,6 millions. La dette avoisine les 12 milliards.

Avec une croissance des charges alourdie à 2,5%, «on est à la limite supérieure de ce qui est admissible», a relevé le chef du département des finances Serge Dal Busco. Le projet de budget déposé par le Conseil d'Etat prévoyait une hausse de charges de 1,9%.

Le fragile équilibre issu de la commission des finances a subi quelques assauts de la gauche comme de la droite, notamment pour augmenter ou baisser les impôts via le centime additionnel. L'UDC a aussi tenté d'imposer une coupe linéaire dans les charges du personnel. Tous les amendements ont finalement été refusés.

Des manifestants

Ce débat budgétaire, qui s'est déroulé dans une ambiance plutôt sereine, a été conditionné par l'octroi d'une annuité pleine pour les fonctionnaires. Vu le «contexte financier difficile», le Conseil d'Etat aurait voulu verser uniquement une demi-annuité.

Cette proposition a été refusée par une majorité composée de la gauche et du MCG qui n'était pas d'accord de toucher à ce mécanisme ancré dans la loi. Les quelque 800 à 1000 fonctionnaires qui manifestaient devant les fenêtres du Parlement pour défendre leur condition de travail et de retraite ont chaudement accueilli cette décision.

Le Grand Conseil devait ensuite passer en revue et voter chacune des 17 politiques publiques. A noter qu'il faut la majorité des membres du Grand Conseil, soit 51 voix, pour adopter un budget déficitaire. Le canton de Genève devrait ainsi se doter d'un budget 2018 vendredi grâce à une majorité hétéroclite composée des élus PDC, PS, Verts et MCG.

(nxp/ats)