Genève

02 juillet 2014 17:03; Act: 02.07.2014 17:03 Print

Couverts de sang en plein centre-ville

par Marine Guillain - Deux individus violentés: la place du Molard a été le théâtre d'une mise en scène pour lutter contre le braconnage, mercredi.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Mon Dieu, quelle horreur!» Les passants dévisagent avec surprise deux faux cadavres ensanglantés et leur bourreau. Tantôt amusés, tantôt dégoutés, voir choqués. Mardi vers midi, un groupe de défenseurs des animaux a mené une action choc à Genève, afin d'interpeller les quidams sur le massacre des éléphants en Afrique.

A la tête de la troupe, Maxime Ginolin, un artiste et activiste français connu pour son engagement dans la cause animale. La rue du Marché se retrouve soudain transformée en champ de bataille: Grimé en méchant chasseur, Maxime Ginolin se jette sur deux hommes au corps recouvert de (faux) sang. Il met ses deux proies à terre et les attache fièrement. «Voici le vrai visage du braconnage! Un visage tâché de sang, de violence, de cruauté! Et surtout, d'inutilité!» clame-t-il, fusil au poing.

Autour de lui, des activistes distribuent des tracts. Le message? Inciter les gens à prendre part à une pétition en ligne pour que la vente d'ivoire reste illégale. Du 7 au 11 juillet, les délégués de la Convention sur le commerce international d'espèces de la faune et de la flore menacés d'extinction (CITES) se réuniront a Genève pour débattre de la re-légalisation du trafic d'ivoire dans certains pays d'Afrique. Ces ventes autorisées mèneraient à l'extinction de l'éléphant, martèle le groupe.

Animaux torturés et massacrés:
le clip choc de Maxime Ginolin