Meyrin (GE)

18 avril 2019 21:49; Act: 18.04.2019 21:57 Print

Craquage, jet de meubles et groupe d'intervention

par Jérôme Faas - La police est intervenue en nombre ce jeudi à la rue de la Golette. Elle a interpellé un riverain en proie à une crise de violence.

Une faute?

«Faites pas de mal à Stickman!», crient, rigolards, les jeunes du quartier à l'adresse des policiers en faction autour d'un immeuble de la rue de la Golette, à Meyrin. A l'intérieur, le groupe d'intervention tente de parlementer avec un homme, connu de tout le quartier, qui a jeté des meubles par sa fenêtre à 18h30 et s'est retranché, depuis, dans son appartement.

Le périmètre est sécurisé, des bandes plastifiées interdisent l'accès à l'allée concernée et à celles adjacentes, les voisins sont aux fenêtres, plusieurs adolescents observent la scène depuis la rue. Malgré les gendarmes en armes et les troupes d'élite qui sont entrées dans le bâtiment avec un bélier, la scène dégage peu de tension: l'homme, une sorte de figure locale, tient plus du cas social que du dangereux forcené.

Champion de bras de fer, gros fumeur

«On l'appelle Stickman, ou la légende, explique un jeune. Il est très sympa. Là, ça faisait deux ou trois jours qu'il n'allait pas bien. C'est pas la première fois que la police vient pour lui.» Les adolescents décrivent un type très costaud, ancien champion de bras de fer, sorte de gros nounours parfois perché. Une voisine évoque un homme «adorable. La cinquantaine, extrêmement balaise, gros ventre. Il fume beaucoup, beaucoup de joints.» A l'entendre, l'individu est parfois en crise, mais ne ferait pas de mal à une mouche.

Selon le porte-parole de la police, Jean-Philippe Brandt, l'importance du dispositif s'explique par le fait que l'homme est «coutumier du fait. C'est quelqu'un qui a des problèmes, qui a tendance à être violent, qui s'est déjà montré excité par le passé. Là, c'est de la décompensation.» Les forces de l'ordre veulent s'assurer qu'il n'est pas armé. «On discute, on essaie de faire retomber la pression, et ensuite on ira le chercher.» Ce sera chose faite à 20h05, heure à laquelle sera levé le dispositif. «Stickman» est interpellé sans violence, puis emmené aux urgences de l'hôpital en ambulance. Seules traces de la fureur passée, au milieu de la rue qui se remplit à nouveau: des débris de contreplaqué blanc et une élégante paire de chaussures de ville.

Grosse intervention de police à Meyrin