Ville de Genève

12 mars 2019 20:25; Act: 12.03.2019 20:25 Print

Crème solaire et godasses au débit de Rémy Pagani

par Jérôme Faas - L’affaire des notes de frais vaut une mise en prévention au conseiller administratif, qui s’est fait rembourser de drôles d’achats.

storybild

Rémy Pagani dit ignorer la raison de ses tracas judiciaires. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Mais que reproche le Ministère public à Rémy Pagani? La mise en prévention du conseiller administratif d’Ensemble à Gauche pour gestion déloyale des intérêts publics interroge. Au début de cette affaire des notes de frais qui s’étire, la Cour des comptes lui faisait «seulement» grief d’une place de parking gratuite et de trois repas: l’un à Noël, l’autre à Tannay, le dernier à Marseille. Or, «on ne met pas quelqu’un en prévention pour une bouillabaisse», note l’élu municipal Vert Alfonso Gomez. Alors?

Le Parquet a dû trouver de nouveaux éléments en perquisitionnant. Une voix fait ainsi état de coquettes factures de restaurant, émises le week-end, que Rémy Pagani se serait fait rembourser. Et plusieurs autres parlent de menues mais éloquentes dépenses passées en notes de frais: une veste et des chaussures adaptées au climat lors d’un voyage en Colombie en été 2017, dans le cadre de sa Mairie; de la crème solaire au Bénin en août 2018, ainsi qu’une valise (que l’exécutif a récemment exigé de récupérer) pour ramener les présents reçus. «Cela dénote un état d’esprit», réagit l’élu MCG Daniel Sormanni, qui ne saisit pas pourquoi l’allocation forfaitaire de 13 200 fr. (plus 6500 fr. pour le Maire) octroyée à l’époque aux conseillers administratifs n’a pas suffi à absorber ces frais. «La question est dorénavant de savoir pourquoi il a été inculpé, évalue Simon Brandt, élu PLR. J’ai de la peine à croire que ce soit pour 1000 fr.» Rémy Pagani n’a «aucune explication en l’état», ni commentaire à faire.