Genève

23 septembre 2019 21:00; Act: 23.09.2019 22:47 Print

D’un bête vélo renversé à la tentative d’assassinat

par Jérôme Faas - Un homme est jugé depuis ce lundi pour avoir poignardé, avec son frère, un commerçant de Montbrillant. Le mobile est d'une futilité inouïe.

storybild

La victime a reçu huit coups de couteau et a frôlé la mort. (Photo: Brianajackson)

Sur ce sujet
Une faute?

L’épicier kosovar qui témoignait ce lundi devant le Tribunal criminel revient de l’au-delà. Le 2 juillet 2018, il a reçu huit coups de couteau et perdu 4,2 l de sang. Cet homme volubile qu’on imagine avoir transformé son commerce en place du village du quartier de Montbrillant («j’ai des amis blacks, blancs, indiens, tamouls, je suis tatoué, je me sens comme un citoyen de cette ville») parle de sa seconde vie avec douleur. «Je suis vivant mais je n’existe plus, je ne suis plus moi.»

La nuit des faits, il a été agressé par deux frères, eux aussi kosovars, l’un mineur qui poignardait (il sera jugé à part, lire ci-dessus), l’autre alors âgé de 24 ans qui, selon l’accusation, l’insultait («sale juif», notamment). Les deux l’avaient menacé dans son épicerie trois jours avant, pour un motif fou: en janvier, ivre, le jeune frère avait fait tomber un vélo devant l’échoppe. Un ami Noir du patron avait fait une remarque, mal acceptée. Alors, fin juin, flanqué du cadet, l’aîné avait averti. «Ton ami négro, c’est ou il nous regarde plus, ou on va te planter, toi et lui», narre le gérant.

Le prévenu, accusé de tentative d’assassinat en coactivité, dit n’avoir «rien fait»: il ne tenait pas l’arme et jure avoir voulu calmer son frère. Fruste, il répond mal, s’énerve dès qu’il est confronté à des éléments l’incriminant, salit l’épicier, se pose en victime. De regrets, aucun. Le procès se poursuit.