Genève

09 janvier 2018 10:45; Act: 09.01.2018 12:38 Print

Débordées, les infirmières scolaires sont à bout

Une pétition demande des effectifs et moyens supplémentaires pour les services de santé des écoles. L'Etat reconnaît le problème.

storybild

(Photo: Keystone/Laurent Gillieron)

Une faute?

Les infirmières et infirmiers scolaires sont épuisés, inquiets et en colère. Ils s'estiment en nombre très insuffisant pour assumer leur tâche, alors même que leurs missions se sont étoffées ces dernières années. Appuyés par le syndicat Sit, ils remettront prochainement une pétition au Conseil d'Etat. Le texte demande la création de postes supplémentaires et des moyens informatiques adéquats, révèle «Le Courrier».

Aujourd'hui dans le canton, il y a une infirmière pour 1800 élèves et chacune oeuvre dans plusieurs écoles. Le personnel médical prend en charge les besoins des enfants en matière de santé (blessures, nutrition, sexualité). Il est aussi en première ligne pour lutter contre les violences et le harcèlement. Ses missions ont également été élargies: les infirmières encadrent les jeunes migrants et interviennent en matière d'école inclusive, notamment.

Tâches abandonnées

Face à la hausse du nombre d'élèves et faute de moyens, des tâches ont été abandonnées, comme certaines visites de santé systématiques au primaire ainsi qu'au Cycle d’orientation. Idem pour les contrôles dentaires, de la vue ou de l'ouïe.

Le Département de l'instruction publique (DIP) dit être conscient du problème. Il a ainsi récemment obtenu 7,6 équivalents plein temps supplémentaires. Mais cela reste insuffisant, selon le syndicat Sit. La conseillère d'Etat chargée du DIP, Anne Emery-Torracinta, affirme de son côté que la majorité du Grand Conseil refuse d'octroyer des moyens supplémentaires au secteur médical scolaire.

(dra)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jack le 09.01.2018 11:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au nom du fric

    malheureusement c est dans tous les métiers faire plus avec moins de personnels

  • Elles&Ils le 09.01.2018 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Langage épicène

    Les infirmières ET les infirmiers Il ny a pas que des femmes... (De même, apprendre à parler aussi des femmes lorsquon parle de métiers à majorité masculine serait agréable...) Merci

  • Laura le 09.01.2018 12:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    manque de reconnaissance

    malheureusement il manque des infirmières partout... hôpital, école, à domicile. Dommage que le métier ne soit pas mieux reconnu, il y aurait plus de personnes motivées à le faire!

Les derniers commentaires

  • Ines le 09.01.2018 18:49 Report dénoncer ce commentaire

    Prevention

    Je suis infirmiere et travaille avec des adolescents . Je trouve primordiale dans une societe ou les jeunes montrent des singnes de souffrance a l ecole ou ils passent la majorite de leur temps qu on permette un travaille aussi de sante et de prevencela eviterai bien des arriaux urgences ou des situations dangereuses d harcelement, de tentatives de suicides sans oublie les situations de phobies scolaires.

  • Mr Schenk le 09.01.2018 18:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien out

    Il ny pas que les infirmières qui sont à bout dans le domaine scolaire. Moi, je suis prof de gym et je peux vous dire que les cadences sont infernales. Entre 7 et 8 périodes par jour et des classes de 23 élèves, c est pas facile à gérer. Et va faire deux équipes équitables avec 23. À ce que je sache, ça se divise pas par deux. Mais bon ça, on en parle pas.

    • pff le 09.01.2018 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mr Schenk

      2h de cours par semaine et 24 semaines de congé, et il ose encore la ramener.

    • Veritas le 09.01.2018 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @pff

      7 à 8 périodes par jour, vous ne savez pas lire! Puisque vous êtes tellement jaloux, allez passez une journée et vous commencerez à réfléchir avant de dire nimporte quoi.

    • Hooo désespoir le 12.01.2018 07:59 Report dénoncer ce commentaire

      Soupir...

      5h15 à 6h de taff par jour (sachant qu'une période dure 45 min...) et 13 semaines de vacances, effectivement, moi aussi je me plaindrais... Ca me change de mes 10 heures par jour et mes 5 semaines

  • Pour rappel le 09.01.2018 17:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelques citations

    Citations: TDG 18.4.2017: 61%des genevois sont des migrants 23.8.2016: les jeunes migrants affluent: "les fonds de tiroir ont été largement ratissés" 20 Minutes 23.11.2017: Genève limiter a le nombre de ses élèves frontaliers.

  • MISIA le 09.01.2018 15:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourtant

    infirmière depuis près de 19 ans, je ne peux plus porter de charges lourdes. A savoir que j ai travaillé autant au HUG qu à domicile, fait les consultations parents/enfants, suivi de nouveaux nés. J ai postulé pour devenir infirmière scolaire. Réponse négative. Que vous faut -il en plus?

    • sun le 09.01.2018 17:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @MISIA

      un CAS ou un DAS. c'est une fonction spécialiste.

    • MISIA le 09.01.2018 20:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @sun

      donc un CAS suffit? Il me semblait que seul le DAS comptait. merci de l information.

  • Ancienne Élève le 09.01.2018 14:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon ?

    Suis-je la seule qui ai effectué toute ma scolarité obligatoire et post-obligatoire sans avoir jamais vu d'infirmière scolaire ? J'ignorais qu'il y en avait en Suisse. Si on se blessait, c'est les profs qui nous mettaient un pansement ou nous conduisaient à l'hôpital.

    • José le 09.01.2018 16:34 Report dénoncer ce commentaire

      @Ancienne élève

      Je suppose que ça dépend de la taille et de l'importance de l'école. On ne peut pas mettre du personnel médical partout

    • Kasperli04 le 09.01.2018 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ancienne Élève

      Ca doit être cantonal car rien de tout ça non plus chez moi

    • admin le 09.01.2018 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ancienne Élève

      Réponse d'un enseignant : dans les écoles primaires, ce sont les enseignants qui donnent les premiers soins aux enfants (ils suivent une formation pour cela). Si l'infirmière est présente dans l'école au moment de l'accident, elle peut s'en occuper, bien entendu. Sa fonction est surtout de faire le lien avec le médecin scolaire, pour des questions relatives au bien-être d'un enfant à l'école ou pour des problèmes de santé majeurs qui demanderont aux enseignants d'être particulièrement attentifs en cas de crise (asthme, épilepsie, allergies...). La liste des interventions possibles n'est pas exhaustive. Toujours est-il que les infirmières font un travail fabuleux dans les écoles.

    • Grandmaman le 09.01.2018 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @admin

      enfant asmathique = infirmière : Allez madame, votre enfant simule, 1 heure après au Chuv pour une crise, la maîtresse n'a pas trouvé cette brave dame qui fumait sa cigarette dans la cour et elles veulent encore plus

    • jl le 09.01.2018 21:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Grandmaman

      On parle des infirmières vaudoises ou genevoises?

    • Nath le 11.01.2018 23:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Grandmaman

      Voilà pourquoi il ne faut pas engager nimporte qui...il faut des infirmières spécialisées mais en plus de cela avec de lexpérience (ex:Hôpital,dans les soins somatiques ET santé mentale)